Le Premier ministre irakien dit connaître "parfaitement" ceux qui ont tenté de le tuer

© AFP 2022 -Près de la résidence du Premier ministre irakien, après l'attaque au drone survenue le 7 novembre
Près de la résidence du Premier ministre irakien, après l'attaque au drone survenue le 7 novembre - Sputnik Afrique, 1920, 08.11.2021
S'abonnerTelegram
Après avoir survécu à une tentative d’assassinat, Moustafa al-Kazimi a affirmé connaître ses auteurs, promettant de dévoiler leurs noms et de les traduire en justice, ainsi que ceux qui ont tué un officier du service national de renseignement en juin dernier.
Quelques heures après avoir survécu à une attaque au drone piégé contre sa résidence, le Premier ministre irakien a déclaré connaître "parfaitement" ses auteurs et promis des représailles.
"Nous poursuivrons ceux qui ont commis le crime d’hier, nous les connaissons bien et nous les dénoncerons", martèle Moustafa al-Kazimi dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion du Conseil des ministres, dont Sputnik a pris connaissance.
Les assassins de Nebras Farman, officier du service national de renseignement irakien, tué en juin dernier lors d’une attaque menée contre sa voiture à Bagdad, seront également remis à la justice, poursuit-il, sans citer de nom.

Tentatives de déstabilisation

Le chef du gouvernement estime que la sécurité de l’Irak est menacée: "Il y en a qui essaient de compromettre sécurité de l'Irak et qui veulent en faire un État de gangsters, alors que nous voulons construire un État", relaye l’agence Anadolu.
En promettant de ne céder le pays à personne, "car l’Irak est plus grand que toutes les tentatives visant à le rabaisser", Moustafa al-Kazimi pointe l’endurance du peuple irakien face aux ennemis qui relève "de nombreux défis" depuis longtemps.
"Nous avons pu résoudre les crises économiques et sanitaires, et nous avons surmonté la crise de l'effondrement de prix du pétrole et les mauvaises politiques des gouvernements précédents", rappelle-t-il.

Tentative d’assassinat

L’attaque visant la résidence de Moustafa al-Kazimi, située dans la Zone verte à Bagdad, a eu lieu dans la nuit du 6 au 7 novembre. Deux des trois drones, lancés à un kilomètre à vol d’oiseau, ont été neutralisés, a rapporté l’AFP. Le troisième s’est abattu sur le bâtiment, provoquant des dégâts. Selon le bureau du Premier ministre, le drone était piégé.
Après les faits, il a publié une vidéo sur Twitter pour informer qu’il était sain et sauf. Plusieurs agents de sécurité ont été blessés et l’immeuble endommagé, a précisé la chaîne Al-Hadas. Selon des sources sécuritaires citées par Reuters, six gardes du corps sont blessés.

La piste terroriste envisagée

Bien que les autorités irakiennes aient qualifié les faits de "tentative d’assassinat", certains pays ont dénoncé "un acte terroriste", notamment les États-Unis, l’Arabie saoudite, le Qatar, les Émirats arabes unis, la Turquie, la Jordanie, Bahreïn, ainsi que le Parlement arabe.
Au lendemain des faits, Moscou a fermement condamné l’attaque. Cette "incursion terroriste insolente" visait à torpiller la sécurité et la stabilité du pays, a déclaré Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe, dans un communiqué. Le même jour, le vice-ministre de la diplomatie russe, Mikhaïl Bogdanov, a échangé par téléphone avec Fouad Hussein, ministre irakien des Affaires étrangères.
Paris a condamné "avec la plus grande fermeté" cette tentative d’assassinat dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, assurant apporter "son plein soutien au processus démocratique" en Irak et se tenir aux côtés des autorités et du peuple irakiens.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала