Talibans au pouvoir en Afghanistan

Les talibans affirment avoir autorisé les femmes à retourner dans le secteur de la santé

© Sputnik . V. KisselevFemmes en Afghanistan
Femmes en Afghanistan - Sputnik Afrique, 1920, 15.10.2021
S'abonnerTelegram
Les femmes afghanes sont retournées au travail dans le secteur de la santé en Afghanistan. C’est ce qu’ont déclaré les représentants des talibans* au ministre turc des Affaires étrangères lors des pourparlers à Ankara, quelques jours après que le chef de l’Onu avait dénoncé des promesses non tenues par le nouveau pouvoir à l'égard des femmes.
Les représentants des talibans* ont assuré avoir autorisé les femmes à reprendre le travail dans le secteur de la santé, a déclaré le 14 octobre le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu à l’issue des pourparlers à Ankara.
Le chef de la diplomatie a indiqué que lors des pourparlers la délégation turque avait réitéré l’importance d’"être inclusifs pour l'unité du pays".
En ce qui concerne la question de l'éducation des femmes, des enfants et des filles, et la participation des femmes à la vie des affaires, il dit avoir demandé aux talibans* de ne pas les considérer comme une "condition préalable ou une exigence des pays occidentaux" mais comme une "attente du monde islamique".

"Nous avons encore une fois partagé nos conseils sur l'éducation des filles et l'emploi des femmes dans la vie des affaires. Ils nous ont dit que les femmes étaient déjà revenues dans le secteur de la santé", a déclaré Mevlut Cavusoglu.

Droits des femmes en Afghanistan

Sous leur précédent régime entre 1996 et 2001, les femmes n’avaient pu ni travailler ni étudier selon la version rigoriste de la loi islamique imposée par les talibans*.
Depuis leur prise de pouvoir le 15 août, les islamistes cherchent à présenter un visage plus modéré, en tentant de rassurer sur cette question. Ils ont promis que les droits des femmes seraient respectés en accord avec la loi islamique, sans donner plus de précisions.
Le ministre de l'Enseignement supérieur du gouvernement taliban*, Abdul Baqi Haqqani, a annoncé le 12 septembre que les femmes afghanes qui le souhaitent seront autorisées à reprendre les cours à l'université, mais dans des classes non mixtes et à condition d’être voilées, tout comme les écolières de primaire.
En outre, les talibans* ont assuré le 21 septembre que les collégiennes et lycéennes, bannies de la récente rentrée des classes, seraient bientôt autorisées à retourner en cours, sans pour autant donner la moindre date.
Le 17 septembre, les talibans* ont remplacé le ministère afghan de la Condition féminine par un ministère "pour la promotion de la vertu et la prévention du vice" chargé de veiller au respect de la loi islamique, un département dont les employées sont désormais exclues.

"Un rôle prépondérant des femmes"

Intervenant le 11 octobre lors d'une réunion avec des médias au siège de l'Onu, le secrétaire général de l’Organisation, Antonio Guterres, a dénoncé la négligence des promesses faites aux femmes et aux filles par les talibans* en Afghanistan.

"J'exhorte les talibans à tenir leurs promesses envers les femmes et les filles et à remplir leurs obligations en vertu du droit international des droits humains et du droit humanitaire", a-t-il indiqué.

Il a promis de "ne rien lâcher" en assurant que l'Onu abordait ce sujet tous les jours avec les talibans*.

"Les promesses non tenues conduisent à des rêves brisés pour les femmes et les filles d'Afghanistan", a ajouté le chef de l’Onu en rappelant que, depuis 2001, "le temps moyen à l'école est passé de six à dix ans". "80% de l'économie afghane est informelle, avec un rôle prépondérant des femmes. Sans elles, il n'y a aucune chance que l'économie et la société afghanes se rétablissent", a-t-il noté.

*Organisation terroriste interdite en Russie
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала