Une sœur du roi Mohammed VI du Maroc impliquée dans le scandale des Pandora Papers

© AFP 2022 TIMOTHY A. CLARYLalla Hasnaa
Lalla Hasnaa - Sputnik Afrique, 1920, 04.10.2021
S'abonnerTelegram
La princesse marocaine Lalla Hasnaa a acquis une maison dans un quartier huppé de Londres, affirme la nouvelle enquête retentissante sur l’évasion fiscale réalisée par le Consortium international des journalistes d'investigation.
Avec le roi de Jordanie, la nouvelle investigation à scandale connue sous le nom de Pandora Papers mentionne un autre membre d’une famille royale parmi les personnes qui auraient recouru à des sociétés-écrans pour acheter des biens immobiliers. Il s’agit de la princesse marocaine Lalla Hasnaa, sœur cadette du roi Mohammed VI du Maroc, au pouvoir depuis 1999.
Les documents secrets l’ont démasquée en tant que propriétaire d'une société de ce type qui a acquis une maison à 11 millions de dollars (9,5 millions d’euros) dans un quartier huppé de Londres, situé près du palais de Kensington.
La princesse aurait effectué cet achat en 2002 en recourant aux fonds de la famille royale marocaine via une société-écran dans les îles Vierges britanniques, Oumaila Ltd., selon les documents révélés par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ).
Le roi du Maroc est l'un des monarques les plus riches du monde avec une fortune personnelle qui était estimée par le magazine Forbesà 5,7 milliards de dollars (près de 5 milliards d’euros) en 2015. La princesse contrôle des sociétés immobilières et des fonds d'investissements au Maroc et est également connue comme la présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement. Aucune réaction du monarque ou de sa sœur sur ces révélations ne s'est pour l'instant faite entendre.

L’investigation

Les Pandora Papers, révélés le 3 octobre, sont le résultat du travail d’environ 600 journalistes internationaux dans 117 pays qui ont analysé quelque 11,9 millions de documents provenant de 14 sociétés de services financiers. Le rapport met au jour plus de 29.000 sociétés-écrans.
Ces sociétés offshore ont été utilisées par 300 responsables publics, 35 hommes politiques et 130 milliardaires, dont le roi de Jordanie, le Président équatorien, la chanteuse colombienne Shakira ou le Premier ministre tchèque, selon l’enquête. Ce dernier aurait acheté un somptueux château et un terrain de plusieurs hectares en France moyennant 22 millions de dollars (19 millions d’euros).

De "l’imprudence"

Le fameux lanceur d’alerte américain Edward Snowden, qui avait provoqué en 2013 un scandale international avec la fuite de documents confidentiels, a tourné en dérision l’imprudence des organisateurs des paradis fiscaux. "Même après deux fuites apocalyptiques de sociétés d'avocats/financiers offshore, ces industries continuent de compiler de vastes bases de données en ruine, et les sécurisent toujours avec un post-it "ne pas fuiter"", a-t-il ironisé.
Les Pandora Papers paraissent cinq ans après la révélation des Panama Papers, concernant la fuite de plus de 11,5 millions de documents confidentiels issus du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca avec des informations sur plus de 214.000 sociétés offshore. Il y a un peu moins de quatre ans, un autre dossier, les Paradise Papers, avait vu le jour, avec plus de 13,5 millions de documents confidentiels issus notamment du cabinet d'avocats Appleby domicilié aux Bermudes.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала