Budapest signe deux nouveaux contrats sur le gaz russe, Moscou réagit aux menaces de Kiev

© Sputnik . Vitali Timkiv / Accéder à la base multimédiaUne station de compression de gaz (image d'illustration)
Une station de compression de gaz (image d'illustration) - Sputnik Afrique, 1920, 27.09.2021
S'abonnerTelegram
Le géant russe Gazprom a signé deux contrats avec la Hongrie portant sur la livraison de gaz par deux itinéraires contournant l’Ukraine. Après protestations et menaces de la part de Kiev, Budapest et Moscou ont réagi.
La Hongrie a conclu ce lundi 27 septembre deux nouveaux contrats avec Gazprom afin de se procurer 4,5 milliards de mètres cubes de gaz d’ici 2036. Ils entreront en vigueur le 1er octobre, a annoncé le groupe russe.
"Aujourd’hui, Gazprom Export et MVM CEEnergy Ltd. ont signé à Budapest deux contrats à long terme pour la fourniture de gaz russe à la Hongrie […]. Le volume total des contrats s'élève à 4,5 milliards de mètres cubes par an; la durée de chacun d'eux est de 15 ans", a indiqué Gazprom dans un communiqué.
La cérémonie de signature du contrat s’est déroulée en présence de la vice-présidente du conseil d’administration de Gazprom Export, Elena Bourmistrova, et du ministre hongrois des Affaires étrangères et des relations économiques extérieures, Peter Szijjarto.
Ce dernier avait précédemment indiqué à Sputnik qu’aux termes des contrats, Gazprom livrerait 3,5 milliards de m3 de gaz via la Serbie et le milliard restant en passant par l’Autriche. Les modalités de l'accord peuvent être modifiées dans dix ans.
La Hongrie avait importé 8,637 milliards de mètres cubes de gaz russe en 2020 et 10,522 milliards de mètres cubes en 2019.

Diversification du réseau d'approvisionnement en Europe

"La diversification des livraisons de gaz est un aspect important de la nouvelle entente. À partir du 1er octobre, la Hongrie commencera à recevoir du gaz de Gazprom par le pipeline Turkish Stream et ensuite par les systèmes de gazoducs de l’Europe du sud-est", a indiqué le PDG de Gazprom, Alexeï Miller, dont les propos ont été cités dans le communiqué du groupe.
Selon lui, ce schéma d’approvisionnement de la Hongrie en gaz est devenu possible grâce aux efforts de sociétés bulgares, serbes et hongroises qui ont modernisé leurs systèmes de transport d’or bleu.
"Sept pays européens pourront ainsi recevoir du gaz russe par un nouvel itinéraire fiable", a pour sa part ajouté Mme Bourmistrova.

L’Ukraine promet de saisir la Commission européenne

Kiev s’est déclaré déçu par le choix de la Hongrie d’importer du gaz russe en contournant l’Ukraine. Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a demandé de reporter une réunion de la Commission intergouvernementale ukraino-hongroise pour la coopération économique prévue pour les 29 et 30 septembre à Budapest.

"Il s'agit d'une décision purement politique et économiquement déraisonnable prise en faveur du Kremlin et au détriment des intérêts nationaux de l'Ukraine et des relations ukraino-hongroises […]. Il est encore plus rentable pour la Hongrie de recevoir du gaz en transit via le vaste réseau de transport de gaz de l'Ukraine", a noté le ministère.

Kiev entend demander à la Commission européenne d’"évaluer si le nouvel accord gazier russo-hongrois est conforme à la législation énergétique européenne", indique le communiqué.
Le directeur général de l'opérateur ukrainien GTS, Serhiy Makogon, a en outre déclaré sur Facebook que Kiev s’attendait à une réduction notable voire à l’arrêt du transit de gaz par l’Ukraine.

L’Ukraine serait jalouse, selon Moscou

Kiev semble jaloux, à faire part de son intention de saisir la Commission européenne à propos du contrat signé par la Hongrie, a écrit la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova sur Telegram.

"Lorsque nos partenaires occidentaux commémoreront les victimes du totalitarisme, en faisant des signes de tête vers l'espace post-soviétique, qu’ils se souviennent que les dénonciations des voisins par jalousie alimentent le totalitarisme."

Maria Zakharova
porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères

Budapest met Kiev en garde contre les tentatives d’ingérence

Commentant les déclarations des autorités ukrainiennes, le chef de la diplomatie hongroise Peter Szijjarto a assuré à Sputnik qu’aucun pays n’avait le droit d’influer sur les décisions de Budapest en matière d’énergie.

"L’itinéraire de livraison de gaz est désigné par ceux qui possèdent le gaz. Comme vous le savez, nous achetons du gaz en Russie depuis 45 ou 46 ans […]. Personne n’a le droit de s’ingérer dans nos décisions concernant le secteur énergétique.

Peter Szijjarto
ministre hongrois des Affaires étrangères
Selon le ministre, les nouveaux contrats n’ont aucune connotation politique.
"Pour la Hongrie, l'approvisionnement en énergie est une question économique et de sécurité nationale, pas une question politique […]. Vous ne pouvez pas réchauffer un foyer familial avec des déclarations politiques, mais vous pouvez le faire avec du gaz", a conclu le chef de la diplomatie.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала