Reconfinement à Nice: pour un commissaire de police, le temps de la pédagogie est fini

© AFP 2022 VALERY HACHELa "Promenade des anglais" à Nice, le 12 novembre 2020, lors du confinement
La Promenade des anglais à Nice, le 12 novembre 2020, lors du confinement - Sputnik Afrique, 1920, 27.02.2021
S'abonnerTelegram
Les contrôles sont renforcés en ce premier samedi du confinement mis en place le week-end à Nice. 32 effectifs de la police nationale et une douzaine de celle municipale ont été déployés dans les rues. Un commissaire a prévenu que le temps de la pédagogie était fini, promettant des répressions aux contrevenants.

À Nice, où la hausse du nombre de cas de Covid-19 a entraîné l’introduction cette semaine de restrictions supplémentaires, dont un confinement le week-end, la police renforce sa présence. Interrogé par CNews, le commissaire Olivier Malaver évoque la «répression qui sera mise en place» contre ceux qui ne suivront pas les règles.

«La pédagogie, elle a été faite durant le premier, durant le deuxième confinement. Le port du masque, quant à lui, est en vigueur obligatoirement sur Nice depuis plusieurs mois. Donc ça va être de la répression qui sera mise en place», lance-t-il au micro de la chaîne d’info en continu. Sur TV5 Monde, il a reconnu que pour le moment, le confinement était «très bien respecté».

«On est 32 effectifs de la police nationale engagés à partir de 10 heures. On est assisté par une douzaine d’agents de la police municipale pour vraiment quadriller le secteur», poursuit-il auprès de CNews.

Selon un communiqué de la préfecture des Alpes-Maritimes, «tous les services de l’État seront mobilisés et renforcés» afin de verbaliser «tout manquement» à ces mesures.

Nouvelles mesures en vigueur

Les Champs-Elysées désertés  - Sputnik Afrique, 1920, 26.02.2021
«On perd du temps»: des médecins pro-confinement s’indignent après le discours de Castex
En raison de l’aggravation de la situation sanitaire dans la région, à Nice et sur tout le littoral des Alpes-Maritimes, une série de nouvelles mesures visant à freiner l’épidémie a été adoptée le 22 février. Outre le confinement partiel en vigueur du vendredi 26 février à 18h au lundi 1er mars à 6h et du vendredi 5 mars à 18h au lundi 8 mars à 6h, les autorités ont décidé de fermer les commerces supérieurs à 5.000 mètres carrés, les commerces alimentaires et pharmacies faisant exception à cette règle. Par ailleurs, la diffusion de musique amplifiée et la consommation d’alcool sur la voie publique sont interdites.

Deux jours plus tard, des mesures identiques ont été adoptées dans une autre zone «préoccupante», à Dunkerque et dans la communauté de communes des Hauts de Flandre. Lors de la conférence de presse hebdomadaire tenue le 25 février, le Premier ministre a promis, en cas de détérioration de la situation, des mesures similaires dans encore 20 départements placés sous «surveillance renforcée».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала