À quelles catégories de personnes vulnérables va s’ouvrir la vaccination lundi?

© AFP 2022 PASCAL POCHARD-CASABIANCAUne infirmière prépare une seringue avec une dose du vaccin de Pfizer-BioNTech à Ajaccio
Une infirmière prépare une seringue avec une dose du vaccin de Pfizer-BioNTech à Ajaccio - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Pour ceux atteints de cancers ou de maladies rares: outre les personnes âgées de plus de 75 ans, le gouvernement ouvre la vaccination à partir du 18 janvier à près de 800.000 personnes ayant des pathologies qui peuvent conduire à une forme grave de Covid-19.

Le 14 janvier, le gouvernement a annoncé l’élargissement de la liste des personnes qui pourront se faire vacciner à partir de lundi prochain, en plus de celles âgées de plus de 75 ans.

Selon le site du ministère de la Santé, voici les groupes particulièrement vulnérables concernés:

  • les personnes atteintes de cancer et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie
  • atteintes de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés
  • transplantées d’organes solides
  • transplantées par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques
  • atteintes de poly-pathologies chroniques, selon le critère suivant: au moins deux insuffisances d’organes
  • atteintes de certaines maladies rares (la liste est sur le site du ministère de la Santé)
  • souffrant de certaines maladies rares respiratoires, de l’os, rénales, immunohématologiques, abdominothoraciques, ainsi qu’en dermatologie (voir la liste complète)
  • et celles atteintes de trisomie 21.

Les doses de vaccins suffiront-elles?

Dans une interview accordée le 15 janvier au Parisien, le professeur Alain Fischer, surnommé «Monsieur Vaccin» par les Français, a expliqué que face à ces nombreuses personnes vulnérables, les Ehpad «seront sécurisés»:

«Il n’y aura pas une, mais plusieurs portes d’entrée à la vaccination: téléphone, Internet, courrier de l'Assurance maladie. Pour les personnes à très haut risque, beaucoup recevront leur injection lors de leurs consultations à l'hôpital. Pour celles à mobilité réduite, on envisage de pouvoir les vacciner à domicile».

Selon le professeur, «on s’adaptera aux stocks disponibles»:

«Aujourd'hui, 500,000 vaccins Pfizer arrivent chaque semaine en France. On attend que l’Agence européenne des médicaments se prononce à la fin du mois sur celui d'AstraZeneca. Espérons qu'il soit validé. Comme il se conserve à 4°C, il est plus facile à utiliser et on sait déjà qu'on recevra des millions de doses.»
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала