Vacciner ou ne pas vacciner les ex-malades du Covid-19? La HAS rend son avis

S'abonnerTelegram
La Haute autorité de santé (HAS) a répondu à une saisine de la Direction générale de la santé et a rendu son avis sur la nécessité de la vaccination des personnes ayant déjà été infectées par le SARS-CoV-2. Elle trouve qu'il ne sera pas nécessaire de le faire systématiquement.

En réponse à une saisine complémentaire de la Direction générale de la santé, la Haute autorité de santé (HAS) a précisé vendredi 18 décembre son avis sur la vaccination des personnes ayant déjà eu des formes symptomatiques du coronavirus. Fin novembre, elle avait estimé que les anciens patients devraient être également vaccinés.

Dans sa nouvelle prise de position, la HAS affirme que la fréquence des cas de réinfection est difficile à établir et que le nombre de cas de réinfection dûment documentés reste pour l'instant faible.

D'où la question de savoir si ces personnes devaient se faire vacciner.

Pas d'effet indésirable

Elle ajoute qu'«à ce jour les données ne permettent pas de savoir s'il y a un bénéfice à vacciner les personnes qui ont déjà été infectées par le SARS-Cov-2».

«D’un autre côté, les données dont on dispose avec un recul moyen de trois mois montrent qu’il n’y a pas d’effet indésirable grave particulier lorsqu’une personne ayant déjà eu le Covid-19 se fait vacciner», poursuit la HAS.

Près du QG de Pfizer à New York - Sputnik Afrique
«Ça m’a rendu très ému»: le témoignage d’un Français après injection du vaccin de Pfizer aux USA
Se basant sur ces arguments elle déduit qu'«à stade qu’il n’y a pas lieu de vacciner systématiquement les personnes ayant déjà développé une forme symptomatique du Covid-19».

Toujours est-il qu’elles doivent pouvoir être vaccinées si elles le souhaitent à l’issue d’une décision partagée avec le médecin.

«Dans ce cas, il paraît alors préférable de respecter un délai minimal de trois mois à partir du début des symptômes», conclut la Haute autorité de santé.  

La HAS ne recommande pas la réalisation d’une sérologie pour appuyer la décision de vaccination car celle-ci ne permet pas d’attester d’une immunité face au virus et suggère plutôt que les cas contacts se fassent tester pour confirmer ou infirmer une infection avant d’envisager une vaccination.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала