Le National Interest explique pourquoi le S-400 russe a été autant demandé à l’exportation

© Sputnik . Service de presse de la région militaire de la Baltique / Accéder à la base multimédiaDes S-400 entrent en service opérationel (archive photo)
Des S-400 entrent en service opérationel (archive photo) - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Le système de défense antiaérienne russe S-400 présente un bond conséquent en avant en termes de performances et de capacités par rapport aux modèles S-300 précédents, d’où une longue liste de contrats d’exportation ou de pays ayant exprimé leur intérêt à l’acheter au cours de ces dernières années, estime le National Interest.

Le S-400 Triumph est devenu l’un des principaux systèmes de défense antimissile au monde et un produit d’exportation russe majeur, signale le National Interest.

Il dépasse largement son prédécesseur S-300 en termes de performances et de capacités.

Selon le National Interest, le Triumph est nettement plus polyvalent, alors que le S-300 est explicitement un système de défense aérienne à longue portée. Le S-400 est équipé de quatre types de missiles qui lui permettent de détruire des cibles entre 400 et 40 kilomètres.

Livraison de missiles S-400 en Turquie (archive photo) - Sputnik Afrique
La Russie et la Turquie ont signé un contrat de livraison d’un nouveau lot de missiles sol-air S-400
Il peut simultanément engager jusqu’à 80 cibles et 160 missiles guidés ce qui est particulièrement important face à la propagation des drones.

Une longue liste de clients

Le National Interest indique que grâce à ces caractéristiques, la Russie a réussi à signer au cours de la dernière décennie un grand nombre de contrats d’exportation majeurs de S-400. Elle a une longue liste de clients de premier plan comme la Chine, la Turquie et l’Inde. En outre, l’Irak, l’Égypte, le Vietnam, le Qatar et l’Arabie saoudite font partie de ceux qui ont exprimé leur intérêt à l’acheter.

«Bien qu’il soit techniquement censé être remplacé dans les années à venir par l’imminent S-500, il est clair que le Kremlin n’a pas l’intention de supprimer progressivement le Triumph de si tôt. Au contraire, le S-400 devrait servir aux côtés du S-500 plus puissant, mais aussi beaucoup plus cher, dans les décennies qui suivront son introduction», conclut le National Interest.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала