La «France des oubliés» a-t-elle trouvé son candidat pour 2022? L’ex-Gilet jaune Jacline Mouraud se propose au poste

© AFP 2022 JOEL SAGETJacline Mouraud
Jacline Mouraud - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
À l’occasion de la présidentielle 2022, une femme décidée compte bien représenter les «gens ordinaires». Jacline Mouraud annonce sa candidature. Parviendra-t-elle à forcer les portes du jeu institutionnel?

Chanteuse, accordéoniste, agent de sécurité incendie, hypnothérapeute, entrepreneur indépendant et même… chasseur de fantômes: qui est Jacline Mouraud, candidate déclarée à la Présidentielle 2022 depuis ce lundi 7 décembre?

Cette Bretonne de 53 ans s’était fait connaître en octobre 2018 avec une vidéo publiée sur Facebook dans laquelle elle interpellait directement Emmanuel Macron sur la hausse des taxes et la «traque aux automobilistes» intentée par le gouvernement. Visionné par plus de 6 millions de personnes, ce coup de gueule lui vaudra de devenir une figure des Gilets jaunes à l’automne 2018, dès les balbutiements du mouvement social. Elle a donc été l’une des étincelles d’une longue révolte.


Si elle s’est en partie désolidarisée des Gilets jaunes, accusant le mouvement, début 2019, d’être «complètement noyauté par l’utradroite et l’ultragauche», Jacline n’a pas pour autant abandonné ses revendications politiques. En témoigne sa dernière incursion médiatique. Le déclencheur de cette annonce? L’interview donnée par Emmanuel Macron à Brut le 3 décembre dernier, dans laquelle le Président de la République regrette notamment les «violences policières».

Pour Jacline Mouraud, «Emmanuel Macron s’est lancé en campagne avec cette interview, dans laquelle il s’est exprimé non pas comme Président mais comme candidat.» «S’il donne le feu vert pour la campagne présidentielle, je considère que le temps est venu pour moi de me lancer», nous confie-t-elle.

«Épiphénomène médiatique» ou porte-voix de la France des oubliés?

Dans son communiqué officiel de campagne adressé à l’AFP, Jacline Mouraud explique que son «ambition est de redonner la parole à ceux qui en ont trop longtemps été privés». Une déclaration d’intention qu’elle précise à Sputnik

«Dans le spectre politique actuel, personne ne parle pour les gens ordinaires, qu’on n’entend plus. Les Français ont envie d’être en sécurité, d’être protégés et de pouvoir travailler. Aujourd’hui, rien de tout cela n’est assuré.»

manifestation des Gilets jaunes le 12 septembre à Paris - Sputnik Afrique
L’hiver arrive: la France est-elle dans une situation «prérévolutionnaire»?
Pour autant, celle qui se définit comme «entrepreneur indépendant» est-elle bien crédible pour représenter la France des oubliés, «la France périphérique» selon l’expression du géographe Christophe Guilluy, celle qui souffre du chômage de masse et du manque d’accès aux soins? S’il reconnaît que Jacline Mouraud peut prendre les traits de la «madame-Tout-le-monde», Alexis Poulin, fondateur du média Le Monde moderne et analyste politique, tempère immédiatement:

«Jacline Mouraud n’existe pas politiquement et n’est pas identifiable pour une majorité de Français. Chaque élection présidentielle développe ce genre de candidatures qui relèvent davantage de l’épiphénomène médiatique.»

Doit-on classer Jacline Mouraud dans la même catégorie que les Coluche, Jean-Marie Bigard, Cindy Lee et autres Sylvain Durif ? Vient-elle allonger la liste des candidatures improbables qui attirent l’attention des médias, mais qui relèvent plutôt du happening ou de la candidature de témoignage?

«Cirque médiatico-politique»

Si l’hypnothérapeute n’est plus considérée comme une porte-parole officielle des Gilets jaunes, les revendications de ces derniers existent toujours bel et bien, explique Alexis Poulin. L’analyste politique précise que «Jacline Mouraud représente toutefois la défiance absolue des citoyens français vis-à-vis de leurs politiques actuels

«La particularité du mouvement des Gilets jaunes, c’est le rejet de la solution politique telle qu’elle est proposée. Ils considèrent qu’ils seront de toute façon perdants à ce jeu politique. Cette défiance à l’égard du cirque médiatico-politique demeure bien présente.»

L’ex-Gilet jaune n’a d’ailleurs pas de mots assez durs pour dresser le bilan du macronisme, quatre ans plus tard: «Avec Emmanuel Macron, nous avons le summum de l’irrespect et du mépris de la parole politique. Avec lui, nous subissons à la fois le saccage et la ruine», juge-t-elle ainsi.

Rompre avec «une caste dirigeante qui pratique l’entre-soi sans jamais rendre de comptes»

Elle plaide à l’inverse pour «une démocratie plus directe et plus souvent participative», comme en écho au référendum d’initiative citoyenne (RIC) réclamé de longue date par les Gilets jaunes. Lorsqu’on l’interroge sur la première mesure qu’elle déciderait une fois installée à l’Élysée, Jacline Mouraud n’hésite d’ailleurs pas une seconde:

«Il faut commencer par faire un référendum pour demander l’avis du peuple français sur les sujets importants tels que l’immigration et la sécurité. Les Français ne sont jamais consultés, c’est bien la preuve que les gouvernants ont peur des réponses données. Or il faut faire débuter le mandat en accord avec le peuple, et non en accord avec une caste dirigeante qui pratique l’entre-soi sans jamais rendre de comptes. S’ils ne nous respectent pas, comment voulez-vous qu’ils soient respectés?»

Emmanuel Macron - Sputnik Afrique
En pleine polémique sur les «violences policières», Macron décide un «Beauvau de la sécurité»
Là encore, les propos de Jacline Mouraud ont comme un air de déjà-vu. Ne tient-elle pas le même discours qu’une Marine Le Pen ou qu’un Jean-Luc Mélenchon, lesquels attirent justement les classes populaires dans leur grande majorité? L’argument est rejeté en bloc par la néo-candidate: «Marine Le Pen ne vient absolument pas de ce milieu et ne fait que récolter un vote par défaut. Elle n’a en réalité aucune assise électorale», avance-t-elle au micro de Sputnik.

Alexis Poulin aurait plutôt tendance à donner raison à Jacline Mouraud sur ce point. Pour l’analyste politique, les deux candidats d’extrême gauche et d’extrême droite seraient en réalité de moins en moins «populistes» dans leur discours. «Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, qui pourraient faire le lien avec la classe populaire, choisissent de la séparer en reprenant des vieux clivages classiques gauche/droite dans lesquels les gens ne se retrouvent pas forcément

«S’ils ne nous respectent pas, comment voulez-vous qu’ils soient respectés?»

Reste évidemment une difficulté de poids pour Jacline Mouraud: comment obtenir les fonds nécessaires pour mener campagne? Sans parler des 500 parrainages d’élus, sésame indispensable pour briguer la magistrature suprême?

Interrogée à ce sujet, Mme Mouraud se veut confiante. «Depuis l’annonce de ma candidature, je suis envahie de messages de gens qui veulent m’aider à la fois pour les financements, mais aussi pour récolter les 500 signatures. Je pense que ce ne sera pas un frein [à ma candidature]. Mes soutiens viennent de la France “silencieuse”: celle-ci est difficilement quantifiable mais existe réellement», affirme-t-elle. Celle qui se réclame d’une «droite sociale» et qui prend pour modèle le général de Gaulle, «le seul qui ait eu véritablement le respect du peuple français», n’envisage toutefois pas de lancer une plate-forme partisane pour lancer sa candidature.

Jacline Mouraud n’en est pourtant pas à sa première tentative en politique. En février dernier, l’ex-Gilet jaune était exclue de la liste qu’elle voulait mener avec son parti «Les Émergents» aux Municipales de 2020 dans la petite commune de Bohal (Morbihan). Aura-t-elle plus de succès cette fois-ci? La médium veut en tout cas croire en sa bonne étoile: «Les gens ne veulent plus des partis politiques: ils vont désormais élire une personne sur un projet», conclut-elle.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала