Gaz lacrymogène et grenades assourdissantes lors d’une manifestation de retraités à Minsk

© Sputnik / Viktor Tolochko / Aller dans la banque de photosUne manifestation de retraités à Minsk, le 12 octobre
Une manifestation de retraités à Minsk, le 12 octobre - Sputnik Afrique
Pour disperser les participants d’une manifestation de retraités qui a eu lieu le 12 octobre à Minsk, les forces de l’ordre ont eu recours au gaz lacrymogène ainsi qu’à des grenades assourdissantes, rapporte le service de presse du Comité exécutif de la ville.

Les forces de l’ordre ont utilisé du gaz lacrymogène ainsi que des grenades assourdissantes lors d’un rassemblement de retraités à Minsk qui s’est tenu ce lundi 12 octobre, a annoncé le représentant du service de presse du Comité exécutif de la ville de Minsk, Roman Lachkevitch. D’après lui, elles ont décidé d’y avoir recours quand «les citoyens se sont mis à manifester de l'agressivité à [leur] égard».

«Par conséquent, un jet en l’air d’une grenade assourdissante a été effectué depuis le minibus», a -t-il déclaré.

Initialement, les manifestants se sont rassemblés sur la place de l’Indépendance près de la Maison du gouvernement dans la capitale biélorusse, d’où ils se sont dirigés vers l’avenue centrale de la ville. Les participants ont de temps en temps envahi la chaussée, la police se retrouvant alors dans l’obligation d’interrompre partiellement la circulation.

Manifestations en Biélorussie

Des manifestations ont débuté en Biélorussie après la présidentielle du 9 août remportée par Alexandre Loukachenko. Selon la Commission électorale centrale, le Président en exercice a recueilli 80,1% des voix. Toutefois, l’opposition estime que la victoire revient à sa principale rivale, Svetlana Tikhanovskaïa, qui en comptabilise officiellement 10,8%.

Les forces de l'ordre lors d'une manifestation à Minsk, le 11 octobre 2020 - Sputnik Afrique
Nouvelles interpellations et utilisation de canons à eau dans le cadre d’une manifestation à Minsk
Les premiers jours suivant l’élection, les forces de l’ordre ont utilisé des canons à eau, des grenades assourdissantes, du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc pour disperser la foule. Plus de 6.700 personnes ont été interpellées et plusieurs centaines blessées, dont plus de 130 policiers. Trois manifestants sont décédés.

À ce jour, les manifestations continuent, principalement le week-end. À noter que des rassemblements en soutien à Loukachenko dont l’inauguration a eu lieu le 23 septembre, se déroulent également en parallèle.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала