Ministre iranien de la Défense: «nous devons être prêts à répondre à toute éventuelle agression»

© Sputnik . Sergueï Mamontov / Accéder à la base multimédiaTéhéran
Téhéran - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Venu visiter le forum militaire Armée-2020 qui se tient du 23 au 29 août en Russie, le ministre iranien de la Défense, Amir Hatami, a détaillé dans un entretien exclusif à Sputnik les dernières créations de son pays notamment en matière de missiles et a abordé la question de l’exportation des armements produits par la République islamique.

Vu qu’au cours de ces dernières années, la République islamique a connu des succès considérables dans le domaine de l’industrie des missiles, Sputnik n’a pas pu s’empêcher d’aborder cette question lors d’une discussion avec le ministre iranien de la Défense en déplacement en Russie à l’occasion du forum Armée-2020. Soulignant que le programme de missiles iranien avait un but exclusivement dissuasif, pour contenir «les États-Unis et le régime israélien qui leur est lié», le haut fonctionnaire a rappelé que son pays devait être prêt à parer à tout défi extérieur.

«Dans un contexte où les États-Unis ont évoqué à maintes reprises au cours de ces dernières années un scénario militaire à l’encontre de l’Iran et où le régime israélien projette l’expansion de son occupation en violation de toutes les normes et ententes internationales, nous devons être prêts à répondre à n’importe quelle agression», a-t-il déclaré.

Des exercices iraniens de lancement de missiles sol-mer Saegheh (archive photo) - Sputnik Afrique
L’Iran rassure ses voisins après l’annonce de la fabrication de deux nouveaux missiles
Et de rappeler qu’au cours de ces dernières années le pays a enregistré à plusieurs reprises des actions de ce genre et y a immédiatement répliqué. À titre d’exemple, il a mentionné la pénétration d’un drone américain dans l’espace aérien iranien -qui a été abattu par la DCA-, l’attaque d'Ahvaz –revendiquée par Daech*- qui a été suivie de frappes de précision sur des cibles en Syrie, sans oublier l’assassinat du général Soleimani en janvier dernier et la frappe sur la base américaine Aïn-al-Assad qui s’en est ensuivie.

Missile Qassem Soleimani et d’autres acquis

Rappelant que l’industrie de défense du pays était entièrement localisée à l’intérieur de ses frontières et poursuivait un développement dynamique et continu, le ministre a expliqué que ces derniers temps, la priorité avait été accordée à la défense stratégique, ce qui ne signifiait toutefois point que le secteur non stratégique avait été délaissé.

«L’année dernière nous avons atteint d’importants acquis dans la conception de missiles […]: création de missiles balistique à propergol solide d’une haute puissance tactique et de missiles de croisière en mer d’une portée de plus de 1.000 km. Nous les avons baptisés en l’honneur des héros nationaux iranien et irakien, le général Qassem Soleimani et Abou Mehdi al-Mouhandis».

Le processus de développement se poursuit également dans le domaine de la défense aérienne, précise le ministre. Ainsi, l’Iran a réussi à développer de manière indépendante un système de protection contre les missiles de croisière et un système de défense aérienne maniable. En outre, de nouveaux éléments de défense aérienne sous-marine seront prochainement présentés.

Téhéran - Sputnik Afrique
Paris, Berlin et Londres rejettent le projet américain sur les sanctions internationales contre l’Iran
Sans compter des réalisations dans la création de munitions dites «intelligentes», l’avion d’entraînement militaire Yasin, mais aussi des drones et des moteurs turbo-réactifs ainsi que différents types de navires.

Quid des exportations?

Vu qu’une partie des armements produits en Iran s’est retrouvée sous le coup des sanctions prévues par la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’Onu, le pays exporte d’autres types d’armes.

«Tout ce que nous produisons ce sont des armes conventionnelles et en cas de levée des sanctions, ce qui adviendra inévitablement, nos entreprises de défense seront prêtes à relancer les exportations de ces armes. Nos produits étaient demandés sur les marchés d’Asie, d’Afrique, d’Europe et d’Amérique. Si les sanctions sont levées, je suis sûr que nous pourrons non seulement retrouver ces marchés, mais aussi élargir leur carte», a souligné Amir Hatami.

* Organisation terroriste interdite en Russie

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала