Il ne faut pas humidifier son masque de protection en pleine canicule, et voici pourquoi

S'abonnerTelegram
L’idée de se rafraîchir le visage en pleine canicule en humidifiant son masque de protection afin de mieux supporter la chaleur n’est pas bonne, car son efficacité n’est plus assurée, indique la Direction générale de la Santé.

Alors que la vigilance orange canicule a été déclarée dans une partie importante de la France, la Direction générale de la Santé prévient qu'un masque humide n'est pas efficace contre le coronavirus.

«Il ne faut jamais humidifier le masque, même si cela peut procurer une sensation de rafraîchissement. Si le masque est humide [transpiration, etc, ndlr.], il faut le changer car son efficacité n’est plus assurée» face au coronavirus, insiste la Direction générale de la Santé.

L'AFNOR (Association française de normalisation), qui certifie les masques en tissu, déconseille également de mouiller cet équipement de protection.

Des jeunes à Novossibirsk pendant la pandémie de Covid-19 (archive photo) - Sputnik Afrique
L’OMS nomme une raison de nouvelles flambées de Covid-19 en Europe
Citée par le journal télévisé de TF1, l’Association explique que «si on les mouille, d'abord on respire moins bien, et surtout ils filtrent beaucoup moins bien. C'est en effet notamment l'électricité statique des fibres du tissu qui arrête les gouttelettes des postillons. Or, si le masque est mouillé, cette électricité statique disparait et les gouttelettes passent plus facilement».

Le port du masque obligatoire dans les lieux publics ouverts?

Le port du masque dans les lieux publics clos est d'ores et déjà obligatoire depuis le 19 juillet alors que la France connaît, au cœur de l'été, une résurgence des cas de contamination au coronavirus.

Une femme portant un masque en France - Sputnik Afrique
Olivier Véran recommande le port du masque à l'extérieur
Les préfets pourront désormais décider par arrêté d'étendre l'obligation de port du masque aux lieux publics ouverts afin de limiter la circulation du coronavirus, a annoncé ce 31 juillet sur Twitter le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Cette décision pourra être prise localement, en fonction de l'évolution de l'épidémie dans chaque territoire, a-t-il ajouté.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала