Des champs de blé et d'orge incendiés par des radicaux en Syrie, selon Sana

CC BY-SA 2.0 / Yair Aronshtam / Wheat fieldUn champ de blé (image d'illustration)
Un champ de blé (image d'illustration) - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Des radicaux ont mis le feu à des champs dans le nord du gouvernorat syrien d’Hassaké, détruisant près de 1.400 hectares de blé et d’orge, selon l’agence d’information Sana.

Des champs de blé et d’orge incendiés par des radicaux ont brûlé près de Ras Al-Ain, dans le nord du gouvernorat syrien d’Hassaké, a annoncé jeudi 11 juin l’agence d’information syrienne Sana.

«Les incendies qui ont éclaté ces deux derniers jours dans la région occupée de Ras Al-Ain, dans l'ouest, et qui ont été provoqués par des mercenaires du régime turc, ont détruit environ 14.000 dunams (1.400 hectares) de blé et d'orge. Les incendies se sont propagés depuis les environs de Mabrouké jusqu'aux villages d'Al-Rawiya, Al-Dahma, Al-Khalidiya, Abu Al-Suun, Tal Pig, Abu Jalud et Tal Al-Janab, ce qui indique que l'incendie a complètement dévoré la récolte», affirme l’agence de presse.

Selon elle, ce genre d’attaques est voué à provoquer la ruine des centaines de milliers d’habitants de la région et à créer un déficit de blé dans les réserves d’État syriennes.

Idlib (archives) - Sputnik Afrique
Défense russe: les terroristes d'al-Nosra ont tenté d'occuper une agglomération en Syrie, l'attaque repoussée
Un rapport de la Direction de l'agriculture d’Hassaké indique que les incendies ont détruit environ 16.000 hectares de cultures de blé et d'orge pendant la saison 2020, ajoute l’agence de presse.

Une situation économique difficile

La situation économique s’est brusquement dégradée en Syrie après l’entrée en vigueur de nouvelles sanctions américaines touchant presque tous les secteurs de l’économie syrienne.

Le Caesar Syrian Civilian Protection Act (Acte César de protection civile syrienne), signé par Donald Trump en décembre 2019, vise en outre les institutions et individus traitant avec le Damas. Le ministère syrien des Affaires étrangères a qualifié les actions de Washington de «terrorisme économique».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала