Un médecin suspendu pour avoir continué à exercer au Maroc après un retour de l’étranger et un test positif au Covid-19

S'abonnerTelegram
Un médecin généraliste marocain qui se présentait frauduleusement comme «gynécologue-obstétricien» a été suspendu pour avoir continué à exercer sans s’être soumis aux règles d’hygiène contre la propagation du Covid-19 après son retour de l'étranger. Il a été testé positif au coronavirus, informe le ministère marocain de la Santé.

Le ministère de la Santé annonce dans un communiqué relayé par les médias marocains la fermeture d’une clinique et d’un cabinet médical suite au test positif au coronavirus du médecin responsable des deux établissements. Par ailleurs, le médecin est également accusé d’usurpation de qualification.

La note précise que le médecin qui exerce à Tétouan et qui a été contrôlé positif au coronavirus «ne s’est pas conformé aux règles exigées en matière de prévention de la propagation de cette pandémie, après un retour de l'étranger».

Rabat - Sputnik Afrique
Un ex-terroriste arrêté au Maroc pour incitation au rassemblement en plein coronavirus
«En effet, […] l’intéressé a continué à consulter des patients, et a même réalisé deux actes opératoires, sans que le délégué provincial du ministère de la Santé ne l’ait avisé sur les règles et le protocole précis qu’il devait suivre», explique le document.

Ouverture de deux enquêtes

Dans le même communiqué, le ministère de la Santé fait savoir que deux enquêtes, une sanitaire et l’autre administrative, ont été ouvertes à l’encontre du médecin mis en cause dans cette affaire.

Les résultats de la première ont révélé des faits «préliminaires [de, ndlr] manquement aux règles déontologiques et éthiques en mettant la vie d'autrui en danger».

Concernant la deuxième, des faits d’«usurpation de qualification» ont été mis évidence, indique la note qui précise que le médecin est «généraliste et non gynécologue-obstétricien comme il l’affirme». Le ministère pointe également «le manque de responsabilité et la négligence du délégué provincial et fausse information».

Un kiosque à journaux - Sputnik Afrique
La presse écrite mise entre parenthèses au Maroc à cause du coronavirus
Enfin, le ministère de la Santé annonce «la fermeture de la clinique et du cabinet médical en question avec poursuites judiciaires et administratives» et des «mesures coercitives à l'encontre du délégué provincial de la santé».

Au Maroc, 127 cas de contamination au coronavirus sont pris en charge dans les hôpitaux, quatre personnes sont décédées et trois ont guéri, selon le dernier bilan officiel du ministère marocain de la Santé. La distribution régionale montre que plus de 60% des cas sont concentrés dans les régions Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra et Fès-Meknès.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала