Les États-Unis expliquent la menace que font peser les réseaux 5G de Huawei sur l’Europe

© AP Photo / Jens MeyerNancy Pelosi (photo d'archive)
Nancy Pelosi (photo d'archive) - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Alors que le géant chinois des télécommunications Huawei travaille sur ses réseaux 5G, les États-Unis tentent de persuader les pays européens d’y renoncer. Ainsi, la présidente de la Chambre des représentants américaine les a qualifiés de la «forme d'agression la plus insidieuse» de la Chine, laquelle «sape les valeurs démocratiques.»

La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, a appelé vendredi 15 février à se tenir à l'écart du géant chinois Huawei à la Conférence de Munich sur la sécurité, alors que ce dernier développe ses réseaux cellulaires de nouvelle génération, rapporte le Financial Times.

Nancy Pelosi a déclaré qu’accorder l’accès aux réseaux britanniques et européens à Huawei signifierait choisir «l'autocratie au lieu de la démocratie».

«C'est la forme d'agression la plus insidieuse, d'avoir cette ligne de communication, la 5G, dominée par un gouvernement [chinois, ndlr] qui ne partage pas nos valeurs», a-t-elle expliqué.

Selon elle, les pays ne doivent pas céder leurs infrastructures de télécommunications à la Chine pour des raisons financières.

«Cette concession mal conçue ne ferait qu'enhardir [le Président, ndlr] Xi [Jinping, ndlr] car il sape les valeurs démocratiques, les droits de l'Homme, l'indépendance économique et la sécurité nationale», a précisé Mme Pelosi.

En revanche, elle a exhorté à coopérer avec Washington en matière d’«internationalisation de l'infrastructure numérique qui ne prévoit pas une autocratie».

Huawei ne sera pas écarté en France

Huawei, drapeau chinois - Sputnik Afrique
Huawei: «La France n’a pas intérêt à se mettre à dos les États-Unis et la Chine»
La position ferme de Nancy Pelosi contre Huawei est intervenue alors que de nombreux pays européens sont confrontés à l’implantation des réseaux 5G.

Ainsi, selon la déclaration faite le 13 février par le ministre français de l'Économie, le géant chinois ne sera pas exclu de ce marché en France. Cependant, il a prévenu qu'il y aurait des «restrictions» pour protéger les «intérêts de souveraineté» de l’Hexagone.

Il est «parfaitement compréhensible qu'on puisse à un moment ou à un autre privilégier un opérateur européen» mais «si Huawei a une meilleure offre à présenter à un moment ou à un autre du point de vue technique, d'un point de vue de prix, il pourra avoir accès à la 5G en France», a expliqué Bruno Le Maire au micro de RMC/BFMTV.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала