Moscou dément les informations sur des «mercenaires russes» en Libye

© Sputnik . Natalia Seliverstova / Accéder à la base multimédiaMinistère russe des Affaires étrangères
Ministère russe des Affaires étrangères - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Les informations de la presse américaine sur des «mercenaires russes» en Libye ne sont qu’une fiction, selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, a démenti les informations du New York Times concernant la présence de «mercenaires russes» en Libye.

«Je rejette formellement les élucubrations de ce genre. Nous agissons dans l’intérêt du règlement libyen, nous soutenons les efforts appropriés, notamment dans le cadre de l’Onu, nous entretenons un dialogue avec ceux qui influent sur la situation d’une manière ou d’une autre. Nous ne croyons pas qu’il y a des raisons pour des affirmations et élucubrations de cette sorte, mais ce n’est pas la première fois que des médias américains diffusent toute sorte d’histoires, de rumeurs malintentionnées et d’élucubrations à notre égard», a déclaré le diplomate au cours d’un déplacement de travail en Israël.

Les intox se répercutent sur les relations bilatérales

Il a ajouté que de telles affirmations exerçaient un impact négatif sur l’opinion publique aux États-Unis ainsi que sur les relations bilatérales.

«Nous y sommes accoutumés, nous y réagissons tranquillement, mais force est de constater que de telles intox régulières influent sur l’auditoire intérieur américain et que le climat général aux États-Unis ne contribue pas, à notre grand regret, à la normalisation de nos relations, que nous recherchons», a-t-il ajouté.

Le New York Time avait précédemment annoncé qu’environ 200 «mercenaires russes» étaient arrivés en Libye.

Le chaos libyen

Après le renversement et le meurtre de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye avait cessé, de fait, de fonctionner en tant qu’État. 

Le pays est divisé entre plusieurs entités rivales, avec notamment la présence à Tripoli du gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj, soutenu par l'Onu et l'UE, et dans l'est, d'un Parlement élu par le peuple et appuyé par l'Armée nationale libyenne du maréchal Khalifa Haftar.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала