Après l’échec du mariage Fiat-Renault, l’Italie attaque la France

© AP Photo / Andrew MedichiniLuigi Di Maio
Luigi Di Maio - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Suite à l’échec de la fusion de Fiat-Chrysler avec Renault, le constructeur italo-américain a invoqué «des raisons politiques», ce qui a poussé le vice-Président du Conseil italien et ministre de l’Industrie, Luigi Di Maio, à attaquer le gouvernement français.

Luigi Di Maio a attribué l’échec du mariage entre Fiat-Chrysler et Renault à la France. S’exprimant vendredi 7 juin sur Radio 24, le vice-Président du Conseil italien a déploré l’ingérence de l’État français.

«L'ingérence de l'État a provoqué l'échec du projet, ce que Renault n'a pas apprécié. C'était une opération qui aurait pu être bénéfique à l'Italie et aux Italiens», a déploré le ministre. «Je pense que la France n'a pas fait bonne figure dans ce projet qui était une opération de marché pour laquelle nous avons fait preuve de respect. Et même si nous sommes en contact avec Fiat-Chrysler et ses dirigeants, nous avons fait preuve de respect pour le groupe et pour les négociations.»

Fiat  - Sputnik Afrique
Fiat Chrysler retire son offre de fusion avec Renault
Le constructeur Fiat-Chrysler (FCA) a retiré sa proposition de fusion avec Renault, qui les aurait propulsés numéro 3 mondial de l'automobile, faute d'obtenir un engagement rapide du groupe français, freiné par l'État actionnaire.

Celui-ci, principal actionnaire de Renault avec 15% du capital, a aussi cherché à obtenir des garanties sur l'emploi en France et le versement de dividendes aux actionnaires, ont déclaré des sources informées des discussions.

Après l'échec des négociations entre le groupe au losange et son concurrent Fiat-Chrysler, le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire a déclaré que l’État était prêt à réduire sa part dans Renault.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала