Edward Snowden réagit à l'arrestation de Julian Assange

© AFP 2022 Frederick FlorinEdward Snowden (archive photo)
Edward Snowden (archive photo) - Sputnik Afrique
Le lanceur d'alerte Edward Snowden a dénoncé l'arrestation de Julian Assange ce jeudi, 11 avril, comme une atteinte à la liberté de la presse à l'échelle internationale, en violation des droits de l'homme.

Edward Snowden, un lanceur d'alerte américain et ancien employé de la CIA, a parlé de «journée noire pour la liberté de la presse» à propos de l'arrestation de Julian Assange par les autorités britanniques.

Julian Assange - Sputnik Afrique
Ce qu'il faut savoir sur l’arrestation du fondateur du site WikiLeaks, Julian Assange
«Les images montrant l'ambassadeur d'Équateur inviter la police secrète britannique dans l'ambassade pour faire sortir un journaliste primé — que vous appréciez ce fait ou pas — vont entrer dans les livres d'Histoire. Les opposants d'Assange peuvent applaudir, mais c'est une journée noire pour la liberté de la presse». 

Il a rappelé dans un autre tweet que «les Nations Unies avaient officiellement déclaré que sa détention était arbitraire, en violation des droits de l'homme»«Ils ont à plusieurs reprises publié des déclarations selon lesquelles il était invité à se déplacer librement, y compris très récemment».

Snowden a tenu à souligner, en se référant à une journaliste présente sur place, qu'il s'agissait bel et bien de la police secrète britannique.

Assange arrêté dans l’ambassade d’Équateur à Londres - Sputnik Afrique
Le moment de l’arrestation d’Assange, méconnaissable, dans une ambassade à Londres (vidéo)
Réfugié depuis 2012 à l'ambassade d'Équateur à Londres, Julian Assange a été arrêté ce jeudi par la police britannique.Auparavant, WikiLeaks avait annoncé sur son compte Twitter que Julian Assange pourrait être expulsé de l'ambassade équatorienne à Londres «dans quelques heures ou jours». Le ministère équatorien des Affaires étrangères avait qualifié cette information de «rumeur».

Julian Assange a trouvé asile en 2012 à l'ambassade équatorienne de Londres dans le but d'échapper à une extradition vers la Suède où il était recherché pour viol et agression sexuelle. Bien que ces poursuites aient été abandonnées en 2017, le tribunal de Westminster a maintenu le mandat d'arrêt contre M. Assange, indiquant qu'il avait été délivré après que ce dernier a enfreint les conditions de sa liberté sous caution. Julian Assange craint, en cas d'arrestation, d'être extradé vers les États-Unis où il est poursuivi pour la divulgation de nombreux secrets militaires et documents diplomatiques américains.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала