Dépouille de Chérif Chekatt: inhumation sur place ou rapatriement en Algérie?

© AFP 2022 Patrick HERTZOGStrasbourg, le lendemain de la fusillade
Strasbourg, le lendemain de la fusillade - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
La mairie de Strasbourg a fait savoir que le père de Chérif Chekatt l’avait informée de son intention de demander le transfert du corps de son fils au consulat d’Algérie, rapporte l’AFP. «Réticent» à l’idée de l’inhumation de l’auteur de l’attentat de Strasbourg, le maire de la ville a qualifié cette solution de «la plus simple».

Le père de Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat du marché de Noël de Strasbourg, a déclaré mercredi qu'il demanderait au consulat d'Algérie le rapatriement du corps de son fils, informe l'AFP en se référant à la mairie de Strasbourg.

French special police forces secure an area during a police operation in the Meinau district after the deadly shooting in Strasbourg, France, December 13, 2018. - Sputnik Afrique
Un demi-frère de Cheriff Chekatt aurait été interpellé à Strasbourg pour vol à main armée
Le maire de Strasbourg, Roland Ries, a qualifié cette solution de «la plus simple». Mardi, il s'est dit «plutôt hostile, sinon réticent» à une inhumation de Chérif Chekatt dans sa ville.

«La famille demande qu'il soit enterré en Algérie. À condition que l'Algérie l'accepte, le corps sera transféré et ce serait pour moi la solution la plus simple», a-t-il expliqué à l'AFP.

Il a précisé que si l'Algérie ne l'acceptait pas, «la possibilité d'avoir une sépulture anonyme, sans médiatisation, pourrait être une solution».

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) avait appelé plus tôt dans la journée les autorités de Strasbourg à inhumer «le plus rapidement possible» et «dans l'anonymat» Chérif Chekatt, pour «éviter d'en faire une victime».

Ce n'est pas la première fois que la question des dépouilles des terroristes se pose en France. En 2016, le conseil d'État avait rendu une décision autorisant un maire à refuser l'autorisation d'inhumation dans un cimetière communal, pour prévenir notamment des troubles à l'ordre public, et ce, «quelles que puissent être les circonstances».

Un homme avait ouvert le feu le 11 décembre rue des Orfèvres à Strasbourg, près du marché de Noël, avant de prendre la fuite. Le principal suspect de l'attentat de Strasbourg, Cherif Chekatt, 29 ans, a été abattu par la police dans la soirée du jeudi 13 décembre, après 50 heures de traque. D'après différentes sources, il était fiché S. Selon son père, il défendait les thèses et les actions de Daech*. L'attaque a fait, selon le dernier bilan, cinq morts et plusieurs blessés.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала