Édouard Philippe annoncerait un moratoire sur la hausse des taxes sur les carburants

© SputnikGilets jaunes le 1 décembre à Paris
Gilets jaunes le 1 décembre à Paris - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Édouard Philippe envisagerait un moratoire sur la hausse de la taxe sur les carburants après une vague de manifestations des Gilets jaunes, selon des sources gouvernementales citées par l’AFP.

Le Premier ministre Édouard Philippe va annoncer mardi un moratoire sur la hausse de la taxe sur les carburants prévue le 1er janvier, afin de tenter d'apaiser la fronde des Gilets jaunes, rapporte l'AFP citant des sources gouvernementales.

Gilets jaunes le 1 décembre à Paris - Sputnik Afrique
Malgré le moratoire annoncé, les Gilets jaunes promettent une nouvelle manifestation
Ce moratoire de plusieurs mois, ou «suspension» dans sa qualification gouvernementale, doit être assorti d'autres mesures d'apaisement, selon ces sources. Le chef du gouvernement doit présenter les arbitrages de l'exécutif, décidés lundi soir à l'Élysée sous la présidence d'Emmanuel Macron, devant les députés LREM en réunion de groupe parlementaire mardi matin à l'Assemblée, a par ailleurs indiqué une source gouvernementale à l'AFP.

De son côté, le chef de file des sénateurs Républicains Bruno Retailleau a jugé «absolument insuffisant» le moratoire tout en réclamant «une annulation» pure et simple.

Si «c'est au vrai sens du mot, c'est-à-dire simplement des délais avant que la hausse de taxe ne s'applique, ça n'est pas à la hauteur, ça ne calmera rien», a réagi le sénateur LR sur Public Sénat.

«C'est une proposition qui est bien en deçà de ce que souhaite le mouvement des Gilets jaunes», a ajouté M. Retailleau qui veut que le gouvernement fasse voter à l'Assemblée nationale l'annulation de la hausse des taxes prévue au 1er janvier déjà votée par le Sénat.

Une manifestation des gilets jaunes à Marseille le 1er décembre 2018 - Sputnik Afrique
«Gilets jaunes»: blessée par une grenade lacrymogène, une femme meurt à Marseille
«Mieux vaut tard que jamais» mais il faut aussi un coup de pouce au Smic, a réagi Ségolène Royal. «Cette décision aurait dû être prise dès le départ, dès l'émergence du conflit, dont on sentait qu'il allait être très très dur car on voyait la rage, l'exaspération, notamment des retraités», a indiqué l'ancienne ministre socialiste de l'Écologie sur Radio Classique.

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a pour sa part estimé que le moratoire à venir n'était «évidemment pas à la hauteur des attentes» des Français.

«Un moratoire sur les taxes est envisagé. Mais un moratoire n'est qu'un report. Ça n'est évidemment pas à la hauteur des attentes et de la précarité dans laquelle se débattent les Français», a-t-elle réagi dans un tweet.

La manifestation des Gilets jaunes contre l'érosion du pouvoir d'achat a été entachée samedi de graves violences. Les chiffres de samedi dernier témoignent du chaos, à Paris et dans d'autres villes de France comme Marseille, Bordeaux, Le Puy-en-Velay et Charleville-Mézières: quatre personnes sont mortes, 63 ont été blessées, dont 133 dans la capitale, et les forces de l'ordre ont placé 630 manifestants en garde à vue, dont 378 à Paris.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала