Vaines tentatives de Séoul d’organiser une rencontre entre Mike Pence et la sœur de Kim

© REUTERS / YonhapLe vice-Président US Mike Pence et la soeur cadette du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, Kim Yo-jong lors de l'ouverture des JO-2018 à Pyeongchang
Le vice-Président US Mike Pence et la soeur cadette du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, Kim Yo-jong lors de l'ouverture des JO-2018 à Pyeongchang - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Les autorités sud-coréennes ont tenté d’organiser une rencontre entre le vice-président américain Mike Pence et la sœur du dirigeant nord-coréen Kim Yo-jong, qui se sont tous deux rendus à l’inauguration des Jeux olympiques de Pyeongchang.

Au cours des premiers jours des Jeux olympiques d'hiver à Pyeongchang, Séoul a tenté d'organiser une rencontre entre le vice-président des États-Unis, Mike Pence, la sœur de Kim Jong-un, et membre suppléant du bureau politique du Parti du travail de Corée, Kim Yo-jong. Cependant, la rencontre n'a pas eu lieu suite au refus des deux parties.

Le quotidien japonais Asahi a annoncé ce mardi, en se référant à de nombreuses sources à Séoul, qu'au cours de ses contacts avec Mike Pence et Kim Yo-jong, le président sud-coréen Moon Jae-in les a priés personnellement de se rencontrer. Selon l'idée de Séoul, le dialogue entamé entre les deux États coréens doit au finale mener à des contacts directs entre les États-Unis et la Corée du Nord.

Kim Yo-jong (archives) - Sputnik Afrique
«La princesse de Corée du Nord»: quel rôle Kim Jung-un a-t-il attribué à sa sœur?
La rencontre était planifiée pour la soirée du 10 février. Cependant, Kim Yo-jong n'a témoigné aucun intérêt à cette invitation. Mike Pence, pour sa part, a laissé entendre qu'il ne voulait pas de contacts avec des représentants de Pyongyang. Il a même refusé de prendre place dans une proximité relative avec eux lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux.

Selon les sources d'Asahi, les États-Unis ne sont pas disposés à des contacts dans un contexte où rien n'indique que la Corée du Nord a l'intention de renoncer à son programme balistique et nucléaire. L'année dernière, elle a notamment effectué plusieurs tests de missiles balistiques de différents types, des missiles intercontinentaux compris, et a réalisé un sixième essai nucléaire.

À un jour de l'ouverture des Jeux olympiques, le 8 février, Pyongyang a dévoilé lors d'un défilé militaire les missiles balistiques Hwasong-15, d'une portée de plus de 13.000 km, capables en théorie de cibler n'importe quel lieu sur le territoire des États-Unis. 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала