Toxicomanes dans le métro: «parfois l’impression d’être dans The Walking dead»

© Sputnik . Natalia Seliverstova / Accéder à la base multimédiamétro parisien
métro parisien - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
La situation ne peut plus durer pour le syndicat UNSA-RATP et l’association SOS Usagers. Les deux organisations ont décidé de dénoncer l’insécurité sur les lignes 4 et 12 du métro, du fait de la présence de nombreux toxicomanes sur les quais. Ils en appellent donc à l’État et à la RATP afin de régler le problème.

«Parfois, quand je prends la ligne 12 pour aller au travail j'ai l'impression d'être dans un épisode de The Walking Dead», déclare à Sputnik une utilisatrice du métro parisien.

Grand Paris Express - Sputnik Afrique
Des élus manifestent devant Matignon pour sauver la ligne 17 (vidéo)
Le phénomène a pris une telle ampleur que l'association SOS Usagers et le syndicat UNSA-RATP ont décidé de réagir en publiant un communiqué commun appelant à la responsabilité de l'État ainsi que de la RATP. En effet, les deux entités souhaitent dénoncer leur «ras-le-bol de se faire agresser» du fait de l'insécurité sur les rames des lignes 4 et 12.

​Le syndicat a d'ailleurs également appelé à un mouvement de grève ce vendredi sur la ligne 12. Selon l'UNSA-RATP, le mouvement devrait être suivi par 40% des conducteurs, comme l'indique L'Express. Certains chauffeurs, désemparés par la situation, décident de ne plus s'arrêter aux stations potentiellement dangereuses pour les usagers. Il n'est pas rare d'assister à des rixes entre toxicomanes sur les rames du métro. Mais ces toxicomanes peuvent aussi s'en prendre aux usagers comme témoigne notre utilisatrice du métro.

«Il m'arrive régulièrement de me faire agresser verbalement par des personnes "défoncées" qui font la manche, du coup j'évite au maximum de prendre le métro.»

Une femme  sur une plate-forme du métro parisien alors qu'un train arrive, le 28 octobre 2010 à Paris. - Sputnik Afrique
Accident à la station de métro Marcadet-Poissonniers à Paris, huit blessés
Pourtant, la RATP affirme vouloir prendre le problème à bras-le-corps, comme le déclare son porte-parole à l'AFP: l'entreprise «coopère et entretient des contacts réguliers avec la préfecture de police de Paris et la préfecture de la région Ile-de-France.» La RATP a d'ailleurs signé une «convention» fin 2017 avec la préfecture de Police pour «permettre une meilleure prise en charge des toxicomanes présents dans les espaces du métro.» Enfin, elle prévoit «l'expérimentation de maraudes communes dans [nos] stations avec des associations et les travailleurs sociaux des CAARUD (Centres d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques des usagers de drogue) pour aiguiller» les toxicomanes «vers des structures adaptées» et «réduire» leur présence sur les quais.

Et pour cause, «la RATP déplore de plus en plus de dégradations matérielles qui impactent l'exploitation et entraînent des dépenses de maintenance significatives». Cette situation a «un impact sur le sentiment de sécurité des voyageurs et du personnel», ainsi que sur «l'état des équipements, la propreté et la régularité du trafic» explique le porte-parole.

Vers une disparition du célèbre message des conducteurs de métro: «Mesdames et Messieurs, nous devons patienter quelques instants en raison d'une personne sur les voies»?

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала