Ankara-Damas: serait-il possible de renouer un dialogue direct?

© Sputnik . Anton Denissov / Accéder à la base multimédiaUne vue d'Ankara
Une vue d'Ankara - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
À l’issue du sommet de Sotchi, le Président turc Recep Tayyip Erdogan n’aurait pas exclu d’entamer le dialogue avec Damas sur la lutte contre les milices kurdes YPG, qualifiées de terroristes par Ankara. Cette déclaration relayée par le quotidien Hurriyet a été commentée pour Sputnik par deux experts turcs.

Après avoir rencontré son homologue russe Vladimir Poutine à Sotchi, Recep Tayyip Erdogan a en quelque sorte donné son «feu vert» au rétablissement des contacts avec Damas, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik le politologue turc Mehmet Ali Güller.

Встреча президента РФ В. Путина с президентом Ирана Х. Рухани и президентом Турции Р. Эрдоганом - Sputnik Afrique
L'avenir de la Syrie: de quoi ont convenu la Russie, la Turquie et l'Iran

«Cette déclaration de Recep Tayyip Erdogan est une conséquence logique, bien que tardive, du processus de normalisation des relations de la Turquie avec ces pays amis que sont la Syrie, la Russie et l'Iran», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que si le gouvernement du Parti de la justice et du développement turc (AKP) voulait effectivement poursuivre sa coopération avec la Russie et l'Iran, il devrait forcément de conclure un accord avec Damas.

«L'absence d'un tel accord a eu une forte répercussion tant sur la Syrie que sur la Turquie elle-même», a souligné M.Güller.

Syrie - Sputnik Afrique
Syrie, Turquie: les USA perdent pied au Proche-Orient…et ailleurs

Un autre interlocuteur de Sputnik, Musa Özuğurlu, journaliste qui a longtemps travaillé en Syrie, a relevé que pour s'entendre avec la Syrie, la Turquie devrait renoncer définitivement à soutenir des structures, telles que l'Armée syrienne libre (ASL).

«Pourtant, la Turquie a bien l'intention de continuer à la soutenir pour s'opposer au facteur kurde. C'est sans doute là que se trouve la principale pierre d'achoppement dans ce processus», a insisté M.Özuğurlu.

Damas - Sputnik Afrique
La Russie, l’Iran et la Turquie s’accordent pour éliminer les résidus de Daech en Syrie

Selon ce dernier, en tout état de cause, la situation dans le nord de la Syrie exige que la Turquie fasse des concessions et des compromis bien déterminés, sinon elle risque tout simplement de se retrouver embrouillée dans des contradictions géopolitiques.

«Les acteurs opérant dans le nord de la Syrie ont des attentes différentes», a expliqué le journaliste.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала