Washington devrait traiter Pékin comme la «préoccupation numéro un»

S'abonnerTelegram
La Maison-Blanche doit considérer la Chine comme son adversaire principal, et non pas comme un partenaire commercial, estime un expert américain du Hudson Institute.

Pékin devrait être qualifié par les États-Unis de rival numéro un, a déclaré le directeur des programmes sur la puissance navale du Hudson Institute, Seth Cropsey, cité par USNI News.

«La Chine doit être notre préoccupation numéro un», a-t-il souligné.

Washington - Sputnik Afrique
Commerce: la Chine propose un «double-gel», les USA lui font du chantage
M. Cropsey a indiqué que Pékin voulait récupérer le statut de grande puissance, «pas seulement en mer, mais particulièrement en mer». Toujours selon lui, «le pays a beaucoup investi dans les technologies satellitaires, dans la cybernétique, créant une flotte qui pourrait potentiellement être plus grande que l'américaine dans un avenir proche».

L'expert a également signalé que Pékin avait son propre point de vue sur beaucoup de sujets: de la création d'îlots artificiels pour renforcer les prétentions territoriales en mers de Chine orientale et méridionale au «mépris des décisions de la justice internationale».

Selon Seth Cropsey, Donald Trump a bien caractérisé la politique commerciale de Pékin.

«Ils sont mercantiles et ne pratiquent pas le libre-échange», a-t-il affirmé, en ajoutant que si la Chine devenait hégémonique, elle «traitera les États-Unis comme des chiens».

Le chef de la diplomatie pakistanaise Khawaja Asif en Chine - Sputnik Afrique
Les USA suspendent leur soutien militaire au Pakistan: la Chine prête à prendre le relai?
Pour rappel, la Chine revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, également convoitée par Taïwan, les Philippines, le Brunei, la Malaisie et le Vietnam.

Washington dénonce la construction par Pékin dans cette zone d'îlots artificiels à des fins militaires, dans un contexte de tensions croissantes sur la péninsule coréenne au sujet des programmes balistique et nucléaire de la Corée du Nord.

En juillet 2016, la Cour permanente d'arbitrage de La Haye saisie par les Philippines a reconnu l'illégalité de la majorité des revendications territoriales de Pékin sur certains territoires en mer de Chine méridionale. Pékin a refusé de reconnaître la sentence de la Cour.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала