Le quotidien dans la première ferme d'ânes du Kamtchatka

© Photo Courtesy of Tatyana BabushkinaLe quotidien dans la première ferme d'ânes du Kamtchatka
Le quotidien dans la première ferme d'ânes du Kamtchatka - Sputnik Afrique
Il y a quelques mois, le gouvernement russe offrait à tous les citoyens du pays qui le désiraient des hectares de terre en Extrême-Orient pour développer la région.
© Photo Courtesy of Tatyana Babushkina
  - Sputnik Afrique

L'agricultrice Tatiana Babouchkina et ses enfants, résidant au Kamtchatka, ont décidé de profiter de l'occasion pour développer le tourisme écologique et créer la première ferme d'ânes de la région. Tatiana Babouchkina raconte la difficulté de faire venir les premiers ânes au Kamtchatka et comment elle voit l'avenir de son affaire.

Un rêve d'enfance

Alikhan, deux mois, ne ressemble pas encore à un âne adulte: il a encore son duvet et il est très joueur. A l'arrivée des nouveaux hôtes le petit court vers sa mère Assia pour boire du lait. « Il a bu en vitesse pour que personne d'autre n'en ait", explique Tatiana en riant.

ânes - Sputnik Afrique
Avez-vous déjà goûté le lait d'ânesse?
Hormis Assia et Alikhan, Tatiana possède encore quatre ânes — Lekha, Perseï, Eva et Lialia qui devrait accoucher bientôt. D'après la fermière, cette dernière est donc en « congés maternité » et ne promène pas encore d'enfants sur son dos.

Selon l'agricultrice, les ânes n'ont pas besoin d'une préparation pour travailler avec les enfants, car « ce sont des êtres gentils par nature » et que, depuis leur naissance, ils sont en contact permanent avec ses fils Ilia, 12 ans, et Daniil, 14 ans.

© Sputnik . Marina Lukovtseva
  - Sputnik Afrique

« Les ânes sont très courageux et très dociles — entre le cheval et le chien. Et ils sont très loyaux. Même si un étranger cherchait à les faire sortir de la cour il n'y arriverait pas. Moi-même j'ai fait de l'équitation et je pense que je ne mettrais pas mon enfant sur un cheval. Un âne prend la responsabilité de ne pas faire tomber un enfant. Il n'ira pas dans une flaque d'eau et ne se lancera pas au galop sur un terrain glissant », affirme Tatiana.

Un sanglier - Sputnik Afrique
Un sanglier parmi des vaches? Pas de problèmes!
Aujourd'hui, les promenades sur un âne le week-end sont devenues un loisir ordinaire pour les enfants d'Elizovo (Kamtchatka), alors qu'il y a deux ans l'apparition de ces animaux dans la région relevait du miracle. En septembre 2014 trois ânes, deux juments et un poulain ont été amenés au Kamtchatka par Tatiana Babouchkina: les seuls de toute la région.

« Quand, dans mon enfance, je faisais de l'équitation, je disais qu'à l'âge adulte j'aurais des ânes même si je n'en avais jamais vu de ma vie. Mais mon rêve n'a pas pu se réaliser immédiatement. Mon mari voulait un chameau », se souvient Tatiana.

© Sputnik . Marina Lukovtseva L'agricultrice Tatiana Babouchkina
 L'agricultrice Tatiana Babouchkina - Sputnik Afrique
L'agricultrice Tatiana Babouchkina

Puis des problèmes logistiques ont empêché la réalisation de ce rêve d'enfance. « Nous avons longtemps cherché un avion pour le transport des ânes, car le train et le bateau sont une torture pour les animaux pendant deux semaines — il s'agit quand même de traverser la moitié de la planète depuis le Kazakhstan! Personne ne voulait prendre en charge le transport aérien; ou alors on nous proposait un prix exorbitant », explique la fermière.

Au final, la livraison par avion a coûté 600 000 roubles, soit près de 8 600 euros. C'est bien plus que le prix des ânes: 45 000 roubles chacun (environ 650 euros).

Des ânes aux concours de chevaux

poney - Sputnik Afrique
Cette île compte plus de poneys que d’humains!

Étant donné qu'il n'y a aucun autre âne au Kamtchatka en dehors de la ferme, Tatiana présente ses animaux aux concours de chevaux. « Nous avons fait des concours en compétition avec des propriétaires de chevaux. Nous avons un trophée pour avoir gagné un concours de beauté face aux chevaux. C'était cette année. Le prix de Miss Sympathie », déclare Tatiana entre le rire et la fierté.

« Chez nous au Kamtchatka, ils mangent ce qu'il y a de meilleur. Ils ont de la bonne nourriture et sont donc bien-portants. Dans leur menu il y a obligatoirement des carottes et des pommes de terre. Ils aiment aussi beaucoup la farine mélangée aux aliments combinés. On leur donne aussi du sel pour les os et de la craie », ajoute la fermière.

Kamtchatka - Sputnik Afrique
Se promener sur un volcan et se baigner dans du champagne... Vive le tourisme en Russie!
Le nettoyage du pelage des ânes fait partie des obligations du fils aîné de Tatiana, Daniil. Selon lui, une hygiène excessive pourrait tout de même être nuisible pour les ânes. « Après une promenade ou par temps salissant, s'ils décident de se coucher il faut les nettoyer avec une brosse, sortir les épines de leurs poils. Mais si le pelage est uniquement recouvert de poussière, il ne faut pas le nettoyer. C'est un revêtement de protection naturel contre les moustiques », explique Daniil.

Le fils cadet de Tatiana, Ilia, sait tout sur les ânes et peut même déterminer leur humeur en observant leurs oreilles. « Quand les oreilles sont appuyées et allongées, l'âne est très probablement en colère. Si elles sont ouvertes et un peu inclinées en avant, alors il appelle quelqu'un », explique-t-il.

la région d'Omsk - Sputnik Afrique
Merci, les sanctions! La Russie redevient une superpuissance agricole
Hormis les ânes, Ilia est également responsable d'une cinquantaine de lapins. Personne ne connaît leur nombre exact sauf lui. « Il a reçu des jeunes lapins au printemps puis les a revendus pour acheter de la nourriture. Il est comme ça. Il a son propre portefeuille, ses finances. En fait, ils gagnent tous les deux de l'argent mais Ilia est plus disposé au travail avec la terre. Et Daniil sera probablement un économiste », dit Tatiana. D'ailleurs, l'un des deux hectares qu'ils ont reçu en Extrême-Orient est enregistré au nom d'Ilia — l'adolescent montre fièrement les documents qui l'attestent.

Des hectares pour une ferme d'ânes

Tatiana pense qu'utiliser les ânes uniquement pour promener les enfants est obsolète. En élaborant minutieusement un plan d'affaires pour créer sa ferme d'ânes, la famille a reçu deux hectares sur une route de contournement dans le district d'Elizovo au Kamtchatka à proximité de son lieu de résidence.

Petits cochons - Sputnik Afrique
Heureux comme un cochon en Espagne
« Nous avons pris seulement deux hectares pour l'instant — parce qu'on peut prendre du terrain à volonté — car l'important est de pourvoir les utiliser correctement. Nous comptons promouvoir nos services pour faire venir des touristes tout au long de l'année. Nous allons développer notre ferme d'ânes, pas seulement pour les promenades, mais aussi le lait, la communication, l'écotourisme », précise la fermière.

Tatiana explique qu'au goût, le lait d'âne est plus sucré que le lait de vache et que ses propriétés nutritives sont les plus élevées, ce qui explique son coût élevé. « En Égypte ancienne il était très populaire », précise-t-elle.

Les fermiers ne vendent pas encore le lait de leurs ânes car il sert actuellement pour nourrir les petits ânes. « Pour qu'ils grandissent en bonne forme et en bonne santé. C'est le plus important pour nous pour l'instant. Quand il y aura la ferme, bien sûr, nous laisserons goûter les visiteurs », promet Tatiana.

Selon ses calculs, il faudra au moins 10 ânes adultes pour que la ferme commence à fonctionner conformément à tous les plans prévus.

Музей-заповедник Кижи - Sputnik Afrique
Le Top-10 des meilleures destinations touristiques de Russie
A terme, elle a l'intention d'utiliser les réseaux sociaux pour rechercher des clients. « Les fermiers eux-mêmes prennent la voiture pour distribuer le lait dans les appartements. Ils se sont fait une clientèle en trouvant des acheteurs via les réseaux sociaux. Et les clients connaissent un vendeur concret », a noté la fermière.

Conformément à la loi entrée en vigueur le 1er juin 2016, les Russes peuvent obtenir gratuitement un hectare de terrain en Extrême-Orient. Mis à disposition pour une durée de cinq ans, il doit être dépourvu de droits de tiers et se trouver en circulation libre. Cinq ans après cela, en cas d'exploitation du terrain il sera possible de le louer et ou d'en devenir propriétaire. Tous les habitants de l'Extrême-Orient peuvent depuis le 1er octobre obtenir un terrain dans leur région, et à partir du 1er février 2017 tous les Russes pourront devenir propriétaires d'un hectare de terre en Extrême-Orient.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала