Irak: découverte d’une fosse commune dans la ville de Sinjar

© REUTERS / Ari Jalal Members of the Kurdish peshmerga forces gather in the town of Sinjar, Iraq November 13, 2015. Kurdish peshmerga forces secured several strategic facilities in the northern Iraqi town of Sinjar on Friday as part of an offensive against Islamic State militants that could provide critical momentum in efforts to defeat the jihadist group. REUTERS/Ari Jalal
Members of the Kurdish peshmerga forces gather in the town of Sinjar, Iraq November 13, 2015. Kurdish peshmerga forces secured several strategic facilities in the northern Iraqi town of Sinjar on Friday as part of an offensive against Islamic State militants that could provide critical momentum in efforts to defeat the jihadist group. REUTERS/Ari Jalal - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Les combattants de l'EI sélectionnent les jeunes femmes pour les utiliser comme esclaves sexuelles et tuent les plus âgées.

Une fosse commune qui pourrait contenir les dépouilles de plus de 70 femmes yazidies exécutées par le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a été découverte samedi 14 novembre près de Sinjar, dans le nord de l'Irak. La veille, les forces kurdes appuyées par les bombardements de la coalition internationale ont repris la ville à l'EI.

Djihadistes de l'Etat islamique - Sputnik Afrique
Média US: Daech modifie sa stratégie de la terreur
Après la libération de Sinjar, les forces kurdes continuent d'inspecter la ville pour désactiver les bombes placées un peu partout par le groupe terroriste, rapporte la RFI. Les soldats ont découvert samedi une fosse commune qui pourrait contenir les corps de plus de 70 femmes yazidies, communauté majoritaire dans la région.

Le charnier est aujourd'hui recouvert d'herbe. Selon Hussein Haffoun, responsable des recherches, la tuerie aurait eu lieu en août 2014. C'est une nouvelle preuve des massacres racontés par les rescapées du groupe djihadiste. Selon ces témoignages, les combattants de l'EI sélectionnent les jeunes femmes pour les utiliser comme esclaves sexuelles et tuent les plus âgées. Le peuple Yazidi est particulièrement persécuté par les terroristes.

Des militants brûlent un drapeau du groupe Etat islamique djihadiste - Sputnik Afrique
Les trois voies qui s’offrent à l’Occident dans la lutte contre l’EI
Lors de son offensive en août 2014 contre Sinjar, l'EI avait exécuté de nombreux Yazidis, rappelle Le Monde. Des centaines de femmes yazidies avaient été vendues aux djihadistes ou réduites à l'état d'esclave sexuelle, selon Amnesty International. Selon les Nations unies, les membres de la communauté religieuse yazidie ont été victimes de persécutions susceptibles de relever du génocide, de la part des djihadistes. Lors de la prise de la ville par l'EI, des dizaines de milliers de Yazidis s'étaient réfugiés sur les monts Sinjar, où ils ont passé des semaines sans eau ni nourriture, par une chaleur accablante.

Les autorités craignent de découvrir encore plus d'une centaine de fosses communes. Ces preuves pourraient permettre de faire reconnaître un génocide yazidi.

Les Yazidis ne constituent pas un peuple mais une communauté religieuse. Ils pratiquent l'une des plus vieilles religions du monde, antérieure aux monothéismes. Les Yazidis seraient, à l'origine, des Kurdes ayant refusé de se convertir au zoroastrisme, religion répandue dans le Kurdistan au 6ème siècle avant Jésus-Christ.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала