Les USA passent maîtres dans l'art d'accuser sans preuves

© Sputnik . Dmitri Vinogradov / Accéder à la base multimédiaUn bombardier tactque russe Su-24 décolle de l'aérodrome de Hmeimim
Un bombardier tactque russe Su-24 décolle de l'aérodrome de Hmeimim - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Tout en accusant la Russie d'avoir frappé des ouvrages civils en Syrie, Washington refuse de produire des preuves.

Les Etats-Unis ont des "raisons de croire" que l'aviation russe opérant en Syrie a frappé des ouvrages civils, dont des mosquées, des écoles et des hôpitaux, mais ils "n'ont pas l'intention" de fournir des preuves à l'appui de ces accusations.

Su-25, Syrie - Sputnik Afrique
Critiques US de l’opération russe en Syrie: Moscou attend des explications
Le ministère russe de la Défense réclame depuis une semaine des preuves confirmant les "frappes sur les ouvrages civils" en Syrie.

"Je n'ai pas l'intention de révéler ces renseignements opérationnels. Nous avons des raisons de croire que ces frappes ont eu lieu", a déclaré le porte-parole du département d'Etat américain, John Kirby.

Depuis le 30 septembre, l'aviation russe effectue des frappes ciblées contre les positions du groupe terroriste Etat islamique en Syrie à la demande du président de ce pays Bachar el-Assad. Les cibles à détruire sont choisies sur la base des renseignements fournis par la Russie, la Syrie, l'Irak et l'Iran.

Soldats d`armée syrienne posent sur un char de fabrication russe - Sputnik Afrique
Washington persiste à critiquer l’opération russe en Syrie
L'ambassadeur syrien à Moscou, Riad Haddad, a à plusieurs reprises affirmé que les bombardements ne visaient pas l'opposition politique ou les populations civiles, mais les groupes terroristes menant une lutte armée.

Ce n'est pas la première fois que les Etats-Unis refusent de fournir des preuves à l'appui de leurs accusations. Le cas du vol MH17, qui s'est écrasé dans l'est de l'Ukraine, en constitue un exemple éloquent. Washington, qui a dès le début accusé les insurgés du Donbass d'avoir abattu le Boeing malaisien, affirme posséder des preuves, mais refuse de les publier et invite la communauté internationale à le croire sur parole.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала