Au centre de la Terre sommeillent des trillions de tonnes de soufre

S'abonnerTelegram
Des géochimistes ont découvert que le noyau de la Terre contenait jusqu'à 90% des réserves mondiales de soufre, soit environ 8,5 trillions de tonnes métriques.

Saturn in natural colours - Sputnik Afrique
Des formes de vie alternatives pourraient exister sur Saturne
Cette découverte a été annoncée par le magazine Geochemical Perspectives Letters et rapportée brièvement dans un communiqué de presse de l'Association européenne de géochimie (EAG).

La science sait depuis longtemps que la masse du noyau de la Terre est trop faible pour qu'il ne soit composé que d'éléments lourds (fer et nickel) — c'est pourquoi les scientifiques ont émis l'hypothèse d'une présence de soufre, de silicium, d'hydrogène et d'oxygène. Cependant, le noyau se trouve à 2 900 km de la surface terrestre et il est impossible de confirmer directement ces théories.

Mais une catastrophe de l'ancienne histoire de la planète est venue en aide aux chercheurs: la percussion d'un corps céleste géant qui avait provoqué le détachement de la Terre de la future Lune. Selon ces scientifiques, le choc aurait fait fondre le manteau de la planète et ainsi formé le liquide riche en soufre qui s'est par la suite plongé dans le noyau.

Black hole with stellar companion - Sputnik Afrique
Les astrophysiciens découvrent un trou noir “monstrueux”
Pour confirmer cette hypothèse, les géochimistes ont comparé le rapport isotopique du cuivre (ce métal est chalcophile — on le découvre généralement en association avec le soufre) dans le manteau contemporain et dans les météorites, dont la composition chimique est considérée comme l'analogue le plus proche de la Terre d'il y a 4,5 milliards d'années, avant qu'elle heurte immense objet spatial.

Comme la révélé la spectroscopie de masse, les échantillons de cuivre prélevés sur le manteau pèsent en moyenne 0,025% de plus que la météorite. Il y a donc moins d'isotopes de cuivre légers dans le manteau que prévu — visiblement le cuivre et le soufre en grande quantité sont descendus vers la limite du noyau, puis se sont mélangés avec les hautes couches du noyau de la Terre.

Снимок поверхности Марса, сделанный камерой HiRise - Sputnik Afrique
Les planétologues retrouvent des traces de deux époques océaniques sur Mars
Selon les calculs des géochimistes, le noyau contiendrait actuellement environ 8,5 trillions de tonnes métriques de soufre, soit près de 10% de la masse de la Lune.

"Nous avons vu comme la vie suivait l'art. Pendant des millénaires les légendes contaient comment le monde souterrain brûlait de feu et de soufre. Aujourd'hui, nous avons au moins prouvé l'abondance de soufre", note le directeur de recherche Paul Savage.

Contenu réalisé à partir d'informations émanant de sources ouvertes

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала