Iran: les S-300 russes changeront la donne au Proche-Orient

© Sputnik . Pavel Lisitsyn / Accéder à la base multimédiaБоевые стрельбы ЗРС С-300 на полигоне Ашулук
Боевые стрельбы ЗРС С-300 на полигоне Ашулук - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
L'éventuelle vente de systèmes antiaériens russes S-300 à l'Iran modifierait radicalement le rapport des forces au Proche-Orient, écrit le journaliste du site Business Insider Jeremy Bender.

Selon lui, la livraison de S-300 apportera un double avantage à Téhéran. Ainsi, l'Iran sera en mesure de contrôler l'espace aérien loin au-delà de ses frontières et de protéger ses propres installations nucléaires.

Подготовка к международному форуму Технологии в машиностроении-2014 - Sputnik Afrique
Journal US: la livraison des S-300 à l'Iran est une "frappe préventive" de Moscou
En vertu d'un accord signé en 2007, la Russie pourrait vendre à l'Iran des missiles S-300 version PMU-1 dotés d'une portée de 150 km et capables d'abattre un avion volant à une altitude de 28 kilomètres.

Si l'Iran déploie des S-300 sur sa côte sud, cela lui permettra d'être au courant de tout décollage d'un avion américain depuis les bases aériennes situées dans la région du Golfe Persique, indique le journaliste.

Les systèmes russes aideront en outre l'Iran à protéger ses sites nucléaires. Selon M.Bender, la livraison de S-300 à Téhéran empêcherait une éventuelle intervention militaire en cas de violation par l'Iran de l'accord sur son programme nucléaire, car nul pays qui ne possède pas de la technologie Stealth ne pourrait l'attaquer.

Зенитно-ракетные комплексы ПВО С-300 во время тренировки механизированной колонны войск Санкт-Петербургского - Sputnik Afrique
Obama: les Etats-Unis capables de surmonter les S-300 iraniens
Bien que les Etats-Unis restent toujours capables de frapper la République islamique, la présence de systèmes S-300 en Iran rendrait les opérations militaires contre ce pays extrêmement compliquées et très coûteuses, conclut l'auteur.

Le président Vladimir Poutine a signé à la mi-avril un décret levant l'interdiction de livrer des missiles sol-air S-300 à l'Iran. L'exécution du contrat en question, signé en 2007, avait été suspendue en 2010 par le président russe de l'époque Dmitri Medvedev.

Cette démarche unilatérale de la Russie excédait le cadre de la résolution 1929 du Conseil de sécurité de l'Onu, qui interdisait exclusivement de fournir des armements offensifs à Téhéran en raison de son programme nucléaire.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала