Ukraine: un analyste de Bloomberg dénonce le cynisme de l'UE

© Sputnik . Maks Levin / Accéder à la base multimédiaАкции сторонников вступления в Евросоюз на Майдане
Акции сторонников вступления в Евросоюз на Майдане - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Pour Leonid Bershidsky, l'Ukraine n'a pas où aller sauf l'Occident.

Le récent sommet du Partenariat oriental à Riga a démontré le dégré de cynisme dans l'attitude de l'Union européenne envers l'Ukraine et les autres pays de l'Europe de l'Est, estime l'observateur de Bloomberg Leonid Bershidsky.

The EU nations flags are mirrored in the windows of the EU Council headquarters ahead of a two-day EU summit in Brussels, Wednesday March 12, 2008 - Sputnik Afrique
UE: pas de levée des visas pour l'Ukraine et la Géorgie au sommet de Riga
Selon l'analyste, l'UE "n'a pas beaucoup à proposer aux six ex-républiques soviétiques dans l'Est". Ainsi, Bruxelles n'a encore fait "aucune promesse concrète" concernant l'éventuelle entrée de ses partenaires au sein de l'Union ou la levée des visas européens pour les ressortissants de ces pays.

M.Bershidsky rappelle qu'en mars dernier le président ukrainien Piotr Porochenko a déclaré espérer que la décision sur l'abrogation des visas entre l'Ukraine et l'UE serait prise dans le cadre du sommet de Riga.

Critiquant le rôle joué par la Russie dans la situation autour de l'Ukraine, l'auteur indique qu'un rapprochement avec Moscou serait "un cauchemar" pour Kiev.

European Council President Donald Tusk (L), European Commission President Jean Claude Juncker (R) and Ukrainian President Petro Poroshenko - Sputnik Afrique
Journal allemand: la coopération Ukraine-UE vire à l'absurde
"Sauf l'Occident, l'Ukraine n'a pas où aller", explique M.Bershidsky.

D'après lui, le chef d'Etat ukrainien est contraint d'accepter le rythme d'intégration européenne imposé à Kiev par Bruxelles. Si M.Porochenko revient à la politique de rapprochement avec la Russie, il subirait le sort de son prédécesseur Viktor Ianoukovitch, renversé en février 2014 après des semaines de contestation populaire sanglante, estime l'observateur.

Pourtant, l'actuel comportement de Moscou face à la crise ukrainienne permet à l'Union européenne de ne pas dynamiser son implication dans le réglement des problèmes de l'Ukraine, de la Géorgie et de la Moldavie, conclut l'analyste.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала