Magazine US: glorifier les nationalistes nuirait à l'image de l'Ukraine

© Alexander Maximenko / Accéder à la base multimédiaБойцы батальона “Азов” приняли присягу в Киеве перед отправкой на Донбасс
Бойцы батальона “Азов” приняли присягу в Киеве перед отправкой на Донбасс - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
La Rada suprême vient d'adopter une loi accordant le statut de "combattants pour l'Etat ukrainien" à différents groupes nationalistes, dont des organisations néonazies. Pour le magazine américain Foreign Policy, ce texte risque de porter préjudice à l'image de l'Ukraine dans le monde.

Les récentes décisions du parlement ukrainien ne manquent pas d'inquiéter, estime Foreign Policy. Il s'agit notamment de la loi — très controversée — qui accorde le statut de "combattants pour l'Etat ukrainien" à des dizaines d'organisations nationalistes, dont des groupes néonazis. 

Right Sector's leader Dmitry Yarosh meets with residents of Lvov - Sputnik Afrique
L’UPA se reconstitue. Gare aux Russes et aux Juifs
Dans le même temps, le texte autorise à poursuivre en justice les personnes qui "montrent publiquement de l'irrespect envers ces groupes" ou qui "nient la légalité de la lutte de l'Ukraine pour l'indépendance au XXe siècle". 

Selon Foreign Policy, la plupart des organisations figurant dans la liste des "combattants pour l'Etat ukrainien" sont parfaitement anodines. Cependant, on y trouve deux formations politiques – l'Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) et l'Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) – qui ont commis des crimes de la Shoah et perpétré des "purges ethniques" à l'encontre des Polonais lors de la Seconde Guerre mondiale.  

"Inclure ces organisations parmi celles qu'il est interdit de critiquer constitue un signe très inquiétant", affirme le magazine. 

Azov battalion soldiers take oath in Kiev before being sent to Donbass - Sputnik Afrique
Nationalisme en Ukraine: un général polonais retire son soutien à Kiev
Or, ce qui préoccupe le plus le bimestriel américain, c'est la position des autorités de Kiev qui ont qualifié la nouvelle loi de "réellement européenne" et de "vraiment libre et impartiale". 

Il ne fait aucun doute que ce texte sera soutenu par les nationalistes ukrainiens.  

Cependant, "si Kiev espère gagner le cœur et l'esprit des russophones de l'est de l'Ukraine, privilégier le point de vue des nationalistes de l'ouest du pays n'est pas la meilleure façon de s'y prendre", estime Foreign Policy. 

Le président ukrainien Piotr Porochenko n'a pas encore signé cette loi, et les dirigeants occidentaux doivent essayer de l'en dissuader. Sinon l'Ukraine "marquera un but contre son propre camp", conclut le magazine américain.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала