L’Eswatini et la Russie s’adresseront à l’Onu avec une demande de débloquer des engrais russes

© Sputnik . Vitali Timkiv / Accéder à la base multimédiaDes engrais (image d'illustration)
Des engrais (image d'illustration) - Sputnik Afrique, 1920, 24.01.2023
S'abonnerTelegram
En visite en Eswatini, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a discuté avec son homologue swatinienne Thuli Dladla de la possibilité du déblocage des engrais russes en vue de leur livraison dans le pays. Les deux pays envisagent de s'adresser à Antonio Guterres.
La Russie poursuit ses efforts pour livrer à des pays d’Afrique ses engrais bloqués dans les ports européens. Se rendant en Eswatini depuis l’Afrique du Sud, le chef de la diplomatie russe a annoncé ce mardi 24 janvier que Mbabane et Moscou envisagent de s’adresser à Antonio Guterres sur le sujet.

"Compte tenu du fait que le secrétaire général de l'ONU se prononce pour le règlement des questions liées aux livraisons de céréales et engrais russes sur les marchés mondiaux, nous avons convenu aujourd’hui que le gouvernement de l’Eswatini et notre gouvernement lui enverront une demande concrète de résoudre d’urgence la question de l’utilisation d’une partie des engrais russes bloqués dans les ports de l’Union européennes, pour les besoins du peuple d’Eswatini à titre gratuit", a indiqué à la conférence de presse avec son homologue swatinienne Thuli Dladla.

Le ministre a regretté que la plus grande partie des 280.000 tonnes d'engrais russes attende toujours leur déblocage des ports de l'UE.
"La seule chose qui a été faite au cours des six mois qui ont suivi notre proposition a été d’autoriser la livraison de 20.000 tonnes sur les 280 000 au pays africain du Malawi. Ces livraisons ont pris plusieurs mois, se heurtant à des obstacles bureaucratiques et à l'approche ouvertement politisée des pays de l'UE, qui cherchent toujours une occasion pour punir la Russie, alors qu'ils punissent les pays en développement", a ajouté M. Lavrov.
De son côté Mme Dladla a annoncé que son pays voudrait coopérer dans le domaine de l'agriculture. Le Royaume a en effet désormais la possibilité de cultiver des céréales russes. Selon la diplomate, cela aiderait à produire des denrées alimentaires à des fins domestiques et d'exportation.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала