Un médecin russe condamné à une amende en Allemagne pour des photos et des caricatures antinazies

© Photo Pixabay / PexelsUn homme devant un ordinateur
Un homme devant un ordinateur - Sputnik Afrique, 1920, 30.12.2022
S'abonnerTelegram
Une amende de plus de 10.000 euros doit être payée par un médecin russe en Allemagne pour avoir diffusé des photos et des caricatures antinazies sur les médias sociaux. Un tribunal a estimé qu'une photo de soldats soviétiques jetant des drapeaux nazis sur la Place rouge à Moscou en 1945 constituait une violation de la loi.
Un médecin de Russie a été condamné à une amende en Allemagne. La cause, selon un verdict du tribunal dont dispose Sputnik: il a publié des photos et des caricatures avec des symboles nazis, dans lesquelles il faisait un rapprochement entre les nationalistes ukrainiens et le Troisième Reich.
"Le prévenu est coupable d'avoir utilisé à quatre reprises des signes en contradiction avec la Constitution et appartenant à des organisations terroristes", indique le document cité.
L'homme a déménagé en Allemagne il y a 10 ans et travaille aujourd'hui comme neurochirurgien dans un hôpital du sud du pays.
Selon la source, en février dernier, il avait partagé une caricature montrant deux bottes, l'une avec un trident et l'autre avec une croix gammée nazie. La publication était accompagnée de la légende: "Les deux font la paire".
Une semaine plus tard, l’individu a reposté une célèbre photo de soldats soviétiques jetant des drapeaux nazis sur la Place rouge à Moscou, ce qu’un tribunal local a également jugé répréhensible.

Plus de 10.000 euros à payer

Le tribunal a noté que "l'acte en question est illégal à moins que les signes en question ne soient accompagnés d'un commentaire explicatif ou ne soient rayés".
Le médecin est accusé, comme circonstance aggravante, de "justifier et soutenir des crimes" pour avoir approuvé les actions de la Russie pendant l'opération spéciale en Ukraine. En vertu de l'article, il aurait risqué jusqu'à trois ans de prison. Toutefois, le tribunal a tenu compte du fait qu’il avait partiellement plaidé coupable et l'a condamné à verser 10.200 euros à l'État.
Les représentants du prévenu au tribunal prévoient de faire appel.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала