Le bilan de la fusillade à Paris s’alourdit à trois morts et trois blessés - images

© SputnikRue d'Enghien à Paris après une fusillade, le 23 décembre 2022
Rue d'Enghien à Paris après une fusillade, le 23 décembre 2022 - Sputnik Afrique, 1920, 23.12.2022
S'abonnerTelegram
Plusieurs coups de feu ont été tirés dans le centre de Paris peu avant midi, faisant au moins trois morts et trois blessés, selon le bilan actualisé. Un homme de nationalité française a été interpellé.
Trois personnes sont décédées après avoir été touchées par des tirs, vendredi peu avant midi, dans le Xe arrondissent de Paris, a indiqué le parquet, précisant que trois autres personnes avaient été blessées.

"Une enquête a été ouverte des chefs d'assassinat, homicides volontaires et violences aggravées" et "les investigations ont été pour l'heure confiées au 2e district de la police judiciaire (DPJ)", a précisé le parquet, cité par l'AFP.

Une source policière a indiqué à l’AFP que l’interpellé, 69 ans, de nationalité française, était connu pour deux tentatives d'homicide commises en 2016 et décembre 2021. Dans le même temps, il ne figurait pas dans les fichiers du renseignement territorial et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).
Les faits se sont déroulés rue d'Enghien, au niveau d'un centre culturel kurde. Une source policière parle de "plusieurs blessés par arme à feu, dont des graves" tout en ajoutant: "l'auteur est interpellé avec son arme, un Colt45, le danger est écarté, ses motivations sont pour l'instant inconnues".
Selon le Journal du Dimanche, le tireur aurait indiqué avoir agi parce qu’il est "raciste".
Selon Emmanuel Boujenan, un habitant du quartier interrogé par l'agence, "il y avait des gens en panique qui criaient à des policiers : 'il est là, il est là, avancez' en désignant un salon de coiffure".

"J'ai vu des policiers rentrer dans le salon où j'ai vu deux personnes à terre, blessées aux jambes, j'ai vu le sang", a-t-il ajouté.

Au croisement de la rue d'Enghien et de la rue d'Hauteville, des brancards étaient amenés dans le calme vers la scène de la fusillade et un périmètre de sécurité était mis en place par la police, a constaté une journaliste de l'AFP.
BFM TV a appris que le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, en visite au commissariat de Tourcoing, a annoncé rentrer à Paris. De son côté, la maire de la capitale, Anne Hidalgo, a remercié les forces de l'ordre "pour leur intervention décisive ce matin lors de la terrible attaque dans le Xe."

Heurts entre des Kurdes et la police

L’arrivée de Gérald Darmanin sur place a portant provoqué des incidents entre les forces de l'ordre et des Kurdes lorsque la foule s'est heurtée au cordon policier protégeant le ministre de l’Intérieur.
Un correspondant de Sputnik relate que la police a utilisé du gaz lacrymogène pour disperser ceux qui lançaient des projectiles et brûlaient des poubelles.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала