Pourquoi les fermiers du Zimbabwe s’arment-t-ils de bombes de piment?

Des piments - Sputnik Afrique, 1920, 17.12.2022
S'abonnerTelegram
Les agriculteurs du Zimbabwe ont développé une technique insolite pour éviter que les éléphants ne saccagent les cultures et n’effraient le bétail.
Confrontés aux bêtes sauvages, certains pays africains sont obligés de rivaliser d’ingéniosité pour se prémunir des attaques. Dans la région de Mbire, au Zimbabwe, ce sont les éléphants qui inquiètent particulièrement. Pour les mettre en déroute avant qu’ils ne détruisent les cultures et n’effraient le bétail, les fermiers locaux ont développé une méthode originale, rapporte le quotidien national The Herald.
Les agriculteurs suspendent des bombes de piment en bordure des champs. Elles sont fabriquées à partir de bouse de vache ou de buffles, mêlées à de l’huile et de la poudre de piment. Cette substance, moulée en briques, est laissée à sécher durant plusieurs mois. On peut ensuite l’accrocher à des ficelles, elles aussi enduites de piment, auxquelles on met le feu.
L’odeur du piment éloigne les éléphants, évitant aux fermiers de devoir surveiller leur propriété continuellement.
"Avant, les éléphants ne nous laissaient jamais en paix. Lorsqu’ils pénétraient sur les terrains, nous faisions du bruit en frappant sur des cannettes pour les chasser. Cela ne fonctionnait pas toujours. Avec les briques de piments, vous pouvez les brûler et ne plus vous souciez de votre champ pendant des heures", explique à The Herald Simon Dumba, chef du village de Chantsato.
De nombreux agriculteurs ont été formés à cette technique, dans la région de Mbire, par des institutions comme l’AfricanWildlifeFoundation ou le Fonds pour l'environnement mondial (FEM).

Prédateurs en tout genre

Le Zimbabwe, destination prisée des amateurs de safari, est réputé pour abriter une faune très riche. Les éléphants y règnent en maîtres, même s’ils doivent composer avec les chasseurs et braconniers. En 2015, l’un des plus grands éléphants d’Afrique avait ainsi été abattu par un chasseur allemand dans le parc de Gonarezhou.
Plus récemment, le footballeur français Pascal Olmeta avait lui aussi déclenché une polémique pour avoir tué un éléphant dans le pays.
Outre les éléphants, le Zimbabwe est aussi le royaume des lions et des crocodiles. Des accidents mettant en cause ces prédateurs font fréquemment la Une. Parfois jusqu’à l’absurde. Début octobre, un Zimbabwéen de 34 ans avait par exemple fini dans les mâchoires d’un crocodile après avoir sauté dans une rivière pour justement fuir la charge d’un éléphant. Il en était finalement sorti vivant, mais amputé d’un bras et d’une jambe.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала