L'affaire Viktor Bout: 15 ans de lutte contre les États-Unis pour sa liberté

© Sputnik / Accéder à la base multimédiaViktor Bout
Viktor Bout - Sputnik Afrique, 1920, 09.12.2022
S'abonnerTelegram
Viktor Bout est de retour en Russie après avoir passé près de 15 ans en détention aux États-Unis. Le 8 décembre, il a été échangé contre la basketteuse américaine Brittney Griner, détenue dans une prison russe pour possession de stupéfiants. Quel est parcours de ce Russe et pourquoi avait-il été condamné? Voici les explications de Sputnik.
Condamné à 25 ans de réclusion criminelle pour trafic d'armes par un tribunal américain, l'entrepreneur russe Viktor Bout a été remis en liberté, en échange de la star américaine du basket Brittney Griner, le 8 décembre dernier, à l'aéroport d'Abou Dhabi, dans le plus grand secret. Sputnik fournit des détails sur l’histoire de cet homme.

Parcours professionnel

Né en 1967, Viktor Bout est sorti diplômé de l'Institut militaire des langues étrangères de Moscou avec le grade de lieutenant. Après ses études au département de portugais, il a été envoyé en Angola puis au Mozambique pour travailler en tant qu’interprète au sein des forces de maintien de la paix des Nations unies. Ensuite, il est devenu interprète au Centre de transport aérien de l'Union des coopératives unies d'URSS. En 1992, M.Bout est parti pour l'Afrique du Sud, où il s'est occupé de l'organisation du transport aérien. En 1995, il s'est installé en Belgique, puis, en 1998, aux Émirats arabes unis. Il possédait plusieurs compagnies aériennes.
Dans un entretien accordé en 2008, l’homme d’affaires a livré des détails sur sa collaboration avec les pays de l’Union européenne:
"En 1994, nous avons fait convoyer le contingent français en Afrique lorsque le génocide en Ouganda a commencé. Nous avons également fait transporter le contingent militaire belge en Somalie et avons assuré pendant un an et demi l'ensemble de son transfert".

Détention en Thaïlande

En 2002, l'Onu a interdit à M.Bout de voyager et, en 2005, en concertation avec les États-Unis, a exigé le gel des comptes de l'homme d'affaires. À cette époque, Victor Bout a commencé à figurer dans les rapports du Conseil de sécurité de l’Onu et du département d'État américain comme fournisseur d'armes et de munitions contournant les sanctions des Nations unies. Pourtant, selon M.Bout et sa famille, il ne restait pratiquement plus rien de son entreprise en 2002. L'homme d'affaires vivait en Russie et ne s’occupait plus d'affaires internationales depuis 2001.
Venu en touriste en Thaïlande, Viktor Bout a été arrêté le 6 mars 2008 dans un hôtel de Bangkok, en vertu d'un mandat délivré à la demande des États-Unis. Il était accusé d'avoir comploté en vue de vendre des missiles sol-air au groupe rebelle de gauche colombien Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), reconnu comme groupe terroriste aux États-Unis de 1997 à 2021. Ces accusations ont été rejetées par M.Bout qui a affirmé avoir géré dans le passé une entreprise de transport aérien international légale.
Depuis son arrestation, un tribunal thaïlandais a rejeté en 2009 et 2010 la demande des États-Unis d'extradition de M.Bout, expliquant qu’ils n'avaient pas fourni de preuves suffisantes de sa culpabilité. En juillet 2010, 35 membres du Congrès américain ont exigé du Premier ministre thaïlandais qu’il fasse extrader M.Bout. Au final, le 16 novembre 2010, celui-ci a été envoyé aux États-Unis. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a qualifié cette décision d'"illégale".

Procès aux États-Unis

L'affaire judiciaire contre M.Bout a commencé le 11 octobre 2011 devant un tribunal de la ville de New York. Lors de la dernière audience préliminaire, la juge Shira Scheindlin a rejeté les allégations du bureau du procureur américain selon lesquelles le Russe était impliqué dans un trafic d'armes. Pour elle, M.Bout n’était qu’un transporteur, et pas un trafiquant d'armes.
Néanmoins, le 5 avril 2012, il a été condamné à 25 ans de prison et a payé une amende de 15 millions de dollars.
Depuis lors, les diplomates russes ont négocié avec les États-Unis pour la libération de M.Bout, mais Washington avait catégoriquement refusé d'engager le dialogue. Finalement, un accord a été conclu et Viktor Bout a été échangé.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала