- Sputnik Afrique, 1920
Donbass. Opération russe
La Russie a lancé le 24 février 2022 une opération militaire en Ukraine pour protéger les habitants du Donbass subissant le blocage et les attaques de Kiev depuis 2014.

Les drones utilisés contre deux aérodromes russes "mis au point avec l’aide d’une société US"

CC0 / skeeze / drapeau américain
drapeau américain - Sputnik Afrique, 1920, 08.12.2022
S'abonnerTelegram
Une société américaine a été impliquée dans la modernisation des drones envoyés le 5 décembre par l'Ukraine attaquer deux aérodromes militaires en Russie, a assuré le chef de la délégation russe aux négociations sur la Sécurité et le contrôle des armements à Vienne.
Le 5 décembre, Kiev a attaqué, à l’aide de drones, deux aérodromes militaires russes dans les régions de Saratov et de Riazan. Les appareils en question ont été modernisés par les spécialistes ukrainiens en concertation avec l’entreprise américaine Raytheon Technologies, a fait valoir à Sputnik le chef de la délégation russe aux négociations sur la Sécurité et le contrôle des armements à Vienne, Konstantin Gavrilov.
"Tout d'abord, au cours de l'année 2022, des travaux ont eu lieu à l'usine d'aviation de Kharkov ayant pour but d’améliorer les drones en question avec la participation des spécialistes du bureau de conception Loutch de Kiev et de la société américaine Raytheon Technologies. Le rayon d’action de ce drone est de 1.000 km. La direction dans laquelle il était prévu de l'utiliser est évidente", a déclaré M.Gavrilov.

Recours à divers systèmes spatiaux

Le diplomate russe a ajouté que "la grande majorité des cibles" visées par les forces ukrainiennes "sont déterminées par les maîtres occidentaux du régime de Kiev".
"En effet, les États-Unis et leurs alliés utilisent vigoureusement depuis longtemps divers systèmes spatiaux pour assurer un soutien en matière de reconnaissance et d'information aux forces armées ukrainiennes, notamment pour détecter les lieux de déploiement, les mouvements et actions des troupes russes", a-t-il souligné.
Selon M.Gavrilov, l’Otan n’est pas du tout préoccupé par le fait que "cela puisse engendrer des risques importants pour les activités spatiales pacifiques et ébranler ses fondements juridiques internationaux".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала