Commémoration du procès de Nuremberg: un historien centrafricain avertit du danger du révisionnisme

© Sputnik / Accéder à la base multimédiaLa « Justice de l’Histoire » du procès de Nuremberg
La « Justice de l’Histoire » du procès de Nuremberg - Sputnik Afrique, 1920, 20.11.2022
S'abonnerTelegram
L’idéologie de l’Allemagne nazie a aussi frappé les peuples africains qui ont subi des stérilisations, des exclusions, des assassinats et des emprisonnements. Dans un entretien à Sputnik, un historien centrafricain met en garde contre "le danger du néonazisme développé en ce XXIe siècle" et les tentatives de revisiter l’histoire.
À l'occasion du 77e anniversaire du procès de Nuremberg, l’historien centrafricain Jean Kokidé revient auprès de Sputnik sur les crimes des nazis contre les Africains et leurs répercussions actuelles.
"La leçon tirée par l'Afrique dans la lutte contre le nazisme, c’est de combattre le colonialisme sous toutes ses formes sur le continent africain", indique cet universitaire, maître de conférences en histoire à l’Université de Bangui.
Le continent africain a été lourdement affecté par les deux guerres mondiales. De nombreux anciens combattants, de retour dans leur patrie, ont participé aux mouvements de libération.
Il évoque la stérilisation de centaines de métis, enfants de couples afro-allemands, en 1937, ainsi que des cas d’emprisonnement et d’assassinats.
"Les idéologies qu’inspiraient les nazis dans leurs relations envers les peuples africains se résumaient à leur domination hégémonique", rappelle-t-il.

Les dangers de la réécriture de l’histoire

Jean Kokidé met en garde contre de nouveaux conflits militaires dans le monde.
"Le danger du néonazisme développé en ce XXIe siècle dans nos sociétés modernes est pris au sérieux. Surtout avec les nouveaux moyens technologiques qui peuvent déclencher des conflits, avec des conséquences néfastes très graves sur le plan humain et matériel", dit-il.
Il alerte surtout concernant les éventuelles conséquences de la réévaluation du rôle que l'URSS a joué dans la Seconde Guerre mondiale. Selon lui, cela pourrait "générer de nouveaux conflits avec la Russie".

Le continent africain pendant la guerre

Plus d'un million de soldats africains ont combattu aux côtés des pays européens pendant la Seconde Guerre mondiale. La plupart des Africains mobilisés ont servi dans les troupes auxiliaires, mais beaucoup ont aussi suivi une formation complète au combat, ont reçu des spécialisations militaires comme chauffeurs ou opérateurs radio.
Les troupes sud-africaines ont été les plus nombreuses, avec 334.000 soldats. Ensuite, près de 289.000 soldats ont été affectés depuis le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda et le Malawi. Une centaine a été amenée depuis l’Égypte. Environ 190.000 soldats ont été mobilisés dans les anciennes colonies françaises, notamment d’Algérie, du Sénégal, du Mali, du Burkina Faso, du Bénin, du Tchad, de Guinée, de Côté d’Ivoire, du Niger et de la République du Congo.
Le procès de Nuremberg a été lancé le 20 novembre 1945 contre les principaux responsables encore vivants du Troisième Reich pour leurs crimes de guerre et contre l’humanité. Il a duré jusqu’au 1er octobre 1946.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала