Le gouvernement éthiopien dit que l'armée fédérale contrôle 70% du Tigré, les rebelles démentent

CC BY-SA 2.0 / Rod Waddington / Rural TigrayLe Tigré, Ethiopie (archive photo)
Le Tigré, Ethiopie (archive photo) - Sputnik Afrique, 1920, 11.11.2022
S'abonnerTelegram
Les autorités rebelles du Tigré ont démenti vendredi que l'armée fédérale contrôlait 70% de cette région d'Éthiopie et que l'aide y affluait, comme l'affirme le gouvernement éthiopien, neuf jours après la signature d'un accord de paix devant mettre fin à deux ans de guerre.
Le gouvernement éthiopien a déclaré le 11 novembre que 70 % de la région septentrionale du Tigré, frappée par la guerre, était désormais sous le contrôle de l'armée fédérale.
"70% du Tigré est sous le contrôle de l'ENDF (Force de défense nationale éthiopienne)", a déclaré sur Twitter le conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre Abiy Ahmed, Redwan Hussein, ajoutant que l'aide affluait dans la région.
"L'aide afflue comme jamais auparavant", a-t-il ajouté.
Ces affirmations "ne s'appuient sur aucune réalité", a répondu à l'AFP Getachew Reda, porte-parole des autorités rebelles du Tigré. Des pourparlers sont en cours à Nairobi sur la mise en œuvre de l'accord, notamment le désarmement des rebelles, le rétablissement de l'autorité fédérale au Tigré et l'acheminement de l'aide.
L'accès au nord de l'Éthiopie est sévèrement limité et le Tigré, qui compte environ six millions d'habitants, reste inaccessible aux journalistes.
La région la plus septentrionale de l'Éthiopie est en proie à une grave crise humanitaire due au manque de nourriture et de médicaments, et l'accès aux services de base, notamment l'électricité, les services bancaires et les communications, y est réduit.
Les commentaires de M. Redwan interviennent plus d'une semaine après que le gouvernement et les rebelles du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) ont conclu un accord visant à mettre fin à leur dur conflit de deux ans.
Des pourparlers ont eu lieu cette semaine dans la capitale kenyane, Nairobi, entre les représentants des parties belligérantes afin de discuter des plans de désarmement des rebelles.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала