L'Angola qualifie de préoccupantes les tensions à la frontière entre la RDC et le Rwanda

Rwanda - Sputnik Afrique, 1920, 08.11.2022
S'abonnerTelegram
Le Chef de l'Etat angolais, João Lourenço, a qualifié jeudi d'inquiétants les derniers incidents à la frontière entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda voisin.
S'exprimant lors de la réunion du Bureau de l'Assemblée de l'Union africaine (UA), tenue par vidéoconférence, le Président angolais a déclaré que ces tensions inquiètent les pays voisins et le continent.
Pour garder la porte ouverte au dialogue, Lourenço a déclaré qu'il avait envoyé le ministre angolais des Relations extérieures, Téte António, à Kinshasa et à Kigali, notant qu'il avait rencontré les deux chefs d'État. "La situation est en fait assez tendue", a-t-il regretté, préconisant le dialogue pour faire baisser la tension.
"Nous avons convenu avec la RDC et le Rwanda que samedi prochain les services de renseignement des deux pays et de l'Angola se rencontreront à Luanda", a-t-il poursuivi, expliquant que l'intention est que les parties évaluent, d'un point de vue technique, ce qui se passe réellement sur le terrain.
M. Lourenço a également précisé qu’il rencontrera, samedi prochain à Luanda, les ministres des Affaires étrangères des deux pays, appelant à des efforts conjoints pour mettre fin à la tension croissante entre les deux pays ces dernières semaines.
L'Angola préside la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), un bloc géographique auquel appartient le Congo démocratique.
Dans ce contexte, le Chef de l'État angolais, mandaté par l'Union africaine pour arbitrer le conflit, a multiplié les initiatives pour parvenir à la paix.
Les tensions dans la région ont monté d’un cran plus tôt cette année entre le Rwanda et la République démocratique du Congo. En mars dernier, les combats ont repris entre l'armée de la RDC et le mouvement du 23 mars (M23), qui, selon Kinshasa, est soutenu par le Rwanda.
La CIRGL a été créée dans le but de résoudre les questions de la paix et de sécurité, après les conflits politiques qui ont marqué la région en 1994. Les membres de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs sont l'Angola, le Burundi, la République démocratique du Congo, la République centrafricaine, le Rwanda, le Soudan, le Soudan du Sud, la Tanzanie, l'Ouganda, la Zambie et la République du Congo.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала