"Merci beaucoup, mon cher Poutine!": les dirigeants russe et bissau-guinéen s’entretiennent à Moscou

© Sputnik . Mikhail Klimentiev / Accéder à la base multimédiaLa rencontre entre Vladimir Poutine et Umaro Sissoco Embalo à Moscou, le 25 octobre 2022
La rencontre entre Vladimir Poutine et Umaro Sissoco Embalo à Moscou, le 25 octobre 2022 - Sputnik Afrique, 1920, 25.10.2022
S'abonnerTelegram
Les liens économiques entre Moscou et Bissau, la possibilité de vendre des navires militaires russes et les problèmes du commerce de blé ont été au centre d’une rencontre des Présidents Vladimir Poutine et Umaro Sissoco Embalo, à Moscou. Le dirigeant africain a assuré être du côté de la Russie dans le conflit en Ukraine.
Une rencontre à l’approche du 55e anniversaire des relations diplomatiques entre la Russie et la Guinée-Bissau. Voici les moments forts des pourparlers qui ont eu lieu, ce mardi 25 octobre, entre Vladimir Poutine et Umaro Sissoco Embalo à Moscou.
Au début de l’entretien, celui-ci a remercié son homologue russe pour l’accueil, combinant le français et le russe:
"Merci beaucoup, dorogoï moï (mon cher) Poutine!".

Position africaine face à la situation en Ukraine

M.Embalo, qui est aussi le chef de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), a réaffirmé le partenariat entre les pays membres et la Russie.
"On ne peut pas abandonner la Russie, parce qu’on a des relations traditionnelles multiséculaires", a-t-il déclaré tout en soulignant le rôle joué par Moscou sur l’arène internationale.
"Je suis venu en tant que ‘friend’, en tant que ‘droug’ (ami)", a ajouté M.Embalo.
Et d’ajouter que les pays africains souhaitent une bonne fin au conflit militaire entre les États voisins qui ont entrainé des perturbations dans le commerce de céréales et d’engrais.

Renforcement des liens économiques

Le chef de l’État russe a ensuite salué le taux de croissance des échanges commerciaux entre Moscou et les pays de l’Afrique de l’Ouest.
"Dans les pays membres de cette organisation [CEDEAO], il y a 400 millions d’habitants. Soit 550 milliards de PIB de tous les pays. En général, la Russie a des échanges commerciaux [avec ceux-ci, ndlr] à un niveau assez convenable. Mais le plus important est que leur augmentation se fait à un rythme satisfaisant. Nous espérons qu’une contribution significative sera apportée durant votre présidence au développement des relations avec votre pays, avec les membres de l’organisation et avec tout le continent africain".
Revenant sur le prochain anniversaire des relations diplomatiques, M.Poutine a souligné que celles-ci avaient toujours été "très bonnes et très bienveillantes" entre la Guinée-Bissau et l’Union soviétique. D’ailleurs, elles le sont toujours aujourd’hui.
Cependant, "il faut faire beaucoup pour le développement des liens économiques et commerciaux". Quant au domaine d’enseignement, "la situation évolue de manière nettement positive". En plus de cela, la Russie est aussi prête à augmenter les quotas pour les étudiants en provenance de ce pays, a noté Vladimir Poutine.

Acquisition de navires

La Guinée-Bissau s’est aussi déclarée intéressée à l’achat de frégates et d’hélicoptères russes. Actuellement, le pays qui dispose de petites frégates espagnoles, voudrait acquérir de grands navires pour ses forces navales, ainsi qu’un hélicoptère, auprès de la Russie.
Le Président bissau-guinéen a précisé étudier les possibilités de paiement. Ce à quoi M.Poutine a promis d’examiner cette demande.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала