Production de gaz africain : "La technologie russe ira où elle est la bienvenue"

© Photo Pexels/PixabayGaz, image d'illustration
Gaz, image d'illustration - Sputnik Afrique, 1920, 13.10.2022
S'abonnerTelegram
Exclusif
Pour les pays africains, la crise énergétique offre une possibilité de trouver de nouveaux partenaires, a déclaré à Sputnik Nj Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie. Il estime également que c’est l’occasion d’accéder aux technologies russes dans le domaine du gaz.
Nj Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie, a expliqué à Sputnik quels avantages l’Afrique pourrait tirer de la crise énergétique dans le monde.
"Je pense que cela offre une grande opportunité pour l'Afrique d'élargir ses partenariats et de vraiment prendre un grand partenaire pour voir ce qu'elle peut faire avec la Russie", a-t-il signalé en marge de la Semaine russe de l’Énergie à Moscou.
Alors qu’il s’agit de connecter l’Afrique et ses infrastructures énergétiques, ce partenariat est d’autant plus important que "les Russes comptent parmi les meilleurs experts en matière de construction de gazoducs".
"Parce qu'en fin de compte, le capital russe ou la technologie russe iront là où ils sont adoptés, où ils sont les bienvenus et où cela permet de faire des affaires."

Prendre aux Russes "cet ensemble de compétences"

Selon M.Ayuk, dans une situation où autant d’attention est accordée à une transition vers une énergie propre il faut que les pipelines construits pour le gaz puissent être convertis et utilisés pour transporter de l'hydrogène.
"Et donc, vous devez regarder ceux qui ont été capables de transformer leurs économies sur une période de 30 à 40 ans, ce que les Russes ont été capables de faire et prendre cet ensemble de compétences."
Pour les Africains c’est un moment clé pour profiter de cette opportunité dans le domaine du gaz, que Nj Ayuk considère comme la source d’énergie la plus intéressante pour l’Afrique à l’heure actuelle.

Un continent en quête d’industrialisation

Le problème est cependant que pour l’heure en Afrique "il n'y a pas d'infrastructures pour développer les ressources gazières".
"Le gaz continue d'être attractif en raison des industries lourdes. Et ces industries lourdes comme le ciment et tout ça, quand vous avez du gaz, alors vous pouvez vraiment vous occuper de ces industries lourdes, parce que nous avons encore besoin de nous industrialiser. Nous devons encore accélérer l'industrialisation à travers le continent."
Selon M.Ayuk, on peut produire de l’énergie avec du charbon ou du diesel, mais le gaz reste "la forme la plus propre de combustibles fossiles".
"Et puis le gaz pourrait encore remplacer cela. Cela peut vraiment alimenter les industries lourdes et les stimuler. Si vous faites cela, alors vous n'avez aucun problème."
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала