Sonatrach à Moscou pour chercher de nouvelles technologies

© AP Photo / Anis BelghoulLe logo de la Sonatrach à Alger
Le logo de la Sonatrach à Alger - Sputnik Afrique, 1920, 12.10.2022
S'abonnerTelegram
Le géant algérien des hydrocarbures a de nouveau assisté à la Semaine russe de l’Énergie, à Moscou. Une aubaine pour échanger avec les partenaires russes et travailler sur certaines innovations.
Comme chaque année depuis 2017, Sonatrach assiste de nouveau à la Semaine russe de l’Énergie, organisée à Moscou. Un invité de marque, puisque le géant des hydrocarbures algérien est la première entreprise du continent africain et la troisième exportatrice de gaz naturel au monde.
Un déplacement en Russie qui devrait permettre d’initier de nouveaux partenariats et de s’intéresser aux innovations technologiques du moment.
"Nous venons chercher de nouvelles technologies […]. Nous travaillons à développer des relations avec des sociétés russes. Nous les invitons à participer à nos projets, nous voulons développer des partenariats gagnant-gagnant sur toute la chaîne pétrolière et gazière", explique ainsi à Sputnik Toufik Hakkar, directeur général de Sonatrach.

Un géant courtisé

Alors que l’Europe se retrouve en partie sevrée des hydrocarbures russes, Sonatrach a été mise à contribution ces dernières semaines. L’entreprise, détenue à 100% par l’État algérien, a été courtisée par Rome, Madrid et Paris.
La compagnie a notamment renégocié ses contrats de gaz à long terme avec l’Espagne, début octobre. Une rallonge sur des livraisons d’or bleu avait également été négociée avec le Premier ministre Mario Draghi, en avril.
Récemment, le Président français, Emmanuel Macron, s’était également rendu à Alger, pour tenter de renforcer certains partenariats. Des annonces sur des livraisons de gaz pourraient être faites prochainement, avait précisé le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, suite à cette visite.
La Semaine russe de l’Énergie réunit les dirigeants des plus grandes entreprises énergétiques, ainsi que divers experts venus de plus de 50 pays. Vladimir Poutine s’y est d’ailleurs exprimé ce 12 octobre, reprochant aux Européens de mettre la crise de l’énergie sur le dos de la Russie.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала