Burkina: Damiba "accepte de démissionner sous sept conditions"

CC BY 2.0 / Jeff Attaway / monumentOuagadougou, Burkina Faso
Ouagadougou, Burkina Faso - Sputnik Afrique, 1920, 02.10.2022
S'abonnerTelegram
Acceptant de démissionner, le Président de la transition au Burkina Faso, Paul-Henri Sandaogo Damiba, a posé sept conditions, a rapporté, l'Agence d'information du Burkina (AIB), citant des chefs religieux et communautaires.
Le Président de la transition burkinabé, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, a accepté de démissionner, mais pose sept exigences, annonce ce dimanche 2 octobre, l'Agence d'information du Burkina (AIB), citant des chefs religieux et communautaires.

"Suite aux actions de médiation menées par ces chefs entre les deux rivaux, le Président Paul-Henri Sandaogo Damiba a proposé lui-même sa démission afin d'éviter des affrontements aux conséquences humaines et matérielles graves", indiquent les médiateurs religieux dans une déclaration relayée par l'agence.

Parmi ces conditions figurent entre autres la poursuite des activités opérationnelles sur le terrain, la garantie de la sécurité et de la non-poursuite des Forces de défense et de sécurité (FDS) engagées à ses côtés, la continuité du renforcement de la cohésion au sein des FDS et de la réconciliation nationale.
Il a également exigé le respect des engagements pris avec la Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO), la poursuite de la réforme de l'Etat et la garantie de sa sécurité et de ses droits, ainsi que ceux de ses collaborateurs, selon la même source.
Le nouveau président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), le Capitaine Ibrahim Traoré, "a accepté ces sept conditions", précisent les sources.
Un communiqué publié dimanche par les militaires indique que le capitaine Traoré "est chargé de l'expédition des affaires courantes jusqu'à la prestation de serment du président du Faso désigné par les forces vives de la nation".
Les militaires ont également annoncé l'ouverture des frontières à partir de ce dimanche 2 octobre.
Le Capitaine Traoré avait auparavant annoncé: "la situation est sous contrôle et les choses sont en train de rentrer progressivement dans l'ordre", et a invité les citoyens à vaquer à leurs occupations et à se "départir de tout acte de violence et de vandalisme qui pourraient entacher les efforts consentis depuis la nuit du 30 septembre, notamment ceux qui pourraient être perpétrés contre l’ambassade de France ou la base militaire française sise à Kamboinsin".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала