Des Gilets jaunes manifestent en soutien à Julian Assange à Paris - vidéos

© Sputnik . Justin Griffiths-Williams / Accéder à la base multimédiaUn manifestant tient un tract demandant la libération de Julian Assange
Un manifestant tient un tract demandant la libération de Julian Assange - Sputnik Afrique, 1920, 01.10.2022
S'abonnerTelegram
Un rassemblement a eu lieu à Paris en faveur de la liberté d’expression et en soutien à Julian Assange. Les manifestants réclamaient également la sortie de l’Otan et l’arrêt des livraisons d’armes à l’Ukraine, rapporte un correspondant de Sputnik sur place.
Alors que les manifestations se multiplient en Europe, dans le sillage de l’inflation et de la crise énergétique, les Gilets jaunes ont encore donné de la voix ce 1er octobre, rapporte un correspondant de Sputnik. Cette fois-ci, les protestataires avaient à cœur de défendre des causes un peu différentes: la liberté d’expression et la lutte contre les fausses informations.
Réunis devant les locaux de l’Agence France Presse, ils ont notamment arboré des pancartes en soutien à Julian Assange, rappelant qu’il était un "vrai journaliste" et demandant sa libération.
"Nous nous rassemblons sous les fenêtres de l'agence AFP et de la chaîne BFMTV pour leur montrer que nous condamnons tous les mensonges qu'ils répandent, et exprimer notre soutien au journaliste Julian Assange. Il a publié de nombreux documents gouvernementaux, dont ceux concernant la famille Clinton, Biden et Macron", a expliqué un manifestant à Sputnik.
Des slogans appelant à la sortie de l’Otan, de l’Union européenne et à la démission d’Emmanuel Macron ont également été entendus. Certains manifestants réclamaient par ailleurs l’arrêt des livraisons d’armes à l’Ukraine. "Macron, nous ne voulons pas la guerre", ont entonné plusieurs protestataires.

Sous la menace de l’extradition

D’autres manifestations en soutien à Julian Assange avaient déjà eu lieu ces dernières semaines, notamment à Mexico. Mi-septembre, la maire de la capitale mexicaine, Claudia Sheinbaum, avait d’ailleurs remis les clés de la ville au fondateur de Wikileaks.
Un titre honorifique que le célèbre lanceur d’alertes n’a bien entendu pas pu recevoir en mains propres, puisqu’il est toujours emprisonné à la prison de haute sécurité de Belmarsh, près de Londres.
Julian Assange est plus que jamais sous la menace d’une extradition, la ministre de l’Intérieur ayant signé un décret en ce sens en juin dernier. L’Australien, en piteuse condition physique selon ses proches, avait décidé de faire appel. Il risque jusqu’à175 ans de prison sur le sol américain.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала