Le Brésil commande un nouveau navire pour renforcer ses projets en Antarctique

Le glacier de l'île du Pin, en Antarctique (archive photo) - Sputnik Afrique, 1920, 20.09.2022
S'abonnerTelegram
La marine brésilienne a commandé un nouveau navire de recherche pour soutenir ses projets du programme antarctique sur le continent blanc, où le pays est présent depuis plus de 40 ans.
Le navire, long de 94 mètres et doté d'une autonomie de 70 jours pour un équipage de 92 personnes, a été confié au chantier naval brésilien Polar 1 Naval Construction, qui disposera d'un délai de trois ans pour le livrer, jusqu'en septembre 2025.
Le nouveau navire de soutien antarctique (Napant) remplacera le navire de soutien océanographique Ary Rongel, au service de la marine brésilienne depuis 1994 et qui a été construit en Norvège en 1981 pour des expéditions depuis ce pays vers l'Arctique et l'Antarctique.
Le contrat signé avec le chantier naval basé à Aracruz, commune de l'Etat d'Espirito Santo (sud-est), prévoit que le navire dispose de toutes les conditions nécessaires pour pouvoir opérer en été et en automne sur le Continent Blanc et naviguer dans des lieux qui ont à la fois des formations de glace récentes et des couches plus anciennes.
Pour fonctionner comme brise-glace, il est nécessaire de construire un navire avec une coque au format spécifique, renforcée à la proue et avec une ceinture sous-marine renforcée d'acier spécial.
Selon le contrat, le nouveau navire mesurera 94 mètres de long, 18,5 mètres de large, 6 mètres de profondeur et sera équipé de moteurs à propulsion diesel-électrique.
La mission du navire sera de soutenir les projets du programme antarctique brésilien (Proantar), que le Brésil a lancé en 1982 pour promouvoir la recherche scientifique et la présence brésilienne dans la région antarctique.
Outre le transport d'équipements scientifiques, de matériaux et de fournitures jusqu'à la station antarctique Comandante Ferraz, la base brésilienne sur l'île du Roi George, le navire devra soutenir des études océanographiques lors de ses voyages vers le continent blanc.
"Pour que le Brésil conserve son statut de membre consultatif du Traité sur l'Antarctique, il est nécessaire d'avoir une présence et de mener des recherches scientifiques pertinentes, pour lesquelles un nouveau navire est nécessaire", a expliqué le directeur général du Matériel de la Marine, l'amiral José Augusto Vieira de Menezes.
"En tant que membre signataire du Traité, le Brésil a le droit de voter et de participer aux forums de prise de décision sur le sort du continent sud", a rappelé le responsable.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала