Risques nucléaires, crise alimentaire… Les questions abordées au Conseil de sécurité de l’Onu

CC BY 2.0 / Werner Bayer / Palais des nations
Palais des nations - Sputnik Afrique, 1920, 07.09.2022
S'abonnerTelegram
Lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’Onu, l’organisation a réaffirmé sa volonté de contribuer à la réapparition des céréales et des engrais russes sur les marchés mondiaux. La Russie a rappelé de nouveau les risques nucléaires suscités par les tirs volontaires de Kiev sur les zones sensibles de la centrale de Zaporojié.
Le Conseil de sécurité de l’ONU a abordé, ce 7 septembre, plusieurs questions liées à la sécurité internationale, dont la situation près de la centrale nucléaire de Zaporojié, ainsi que la nécessité de favoriser les exportations russes pour diminuer les risques d’une crise alimentaire mondiale.

Tirs sur la centrale de Zaporojié

Des risques nucléaires de tirs menés par Kiev sur l’installation ont de nouveau été évoqués par la partie russe. "Kiev vise ses points les plus faibles et crée ainsi sciemment le risque d’une panne nucléaire à grande échelle", a indiqué le représentant de la délégation russe à Genève, Alexandre Chevtchenko.
Accusé de "complaisance" envers l’Ukraine, l’Occident devra porter "la responsabilité pour toutes les conséquences possibles de ces actes, a-t-il noté.

Exportations russes

La Russie et l’Onu ont également discuté des modalités d’accès au marché mondial des céréales et des engrais russes, a fait savoir le porte-parole du secrétaire général de l’Onu, Stéphane Dujarric, tout en revenant sur les propos du Président russe au sujet de la crise alimentaire.
Les pays ont réaffirmé leur disposition à appliquer les accords obtenus à Istanbul sur les importations de ces marchandises russes. Les questions clés telle que l’assurance, le financement, la logistique ont été évoquées, a noté la représentation permanente de la Russie à Genève sur Telegram.

Une mission onusienne

L’Onu déploiera, dans les prochains jours, une mission pour examiner la frappe contre le centre de détention d’Elenovka, en République populaire de Donetsk, ayant fait plus de 50 morts parmi des prisonniers ukrainiens, le 29 juillet dernier.
L’intervention a été menée par les forces ukrainiennes via le lance-roquettes multiples HIMARS, de production américaine, a déclaré le ministère russe de la Défense. Celui-ci a expliqué l’attaque par le désir de Kiev d’intimider ses propres soldats et de les dissuader de se rendre. Le chef de la République populaire de Donetsk, Denis Pouchiline, a noté que la frappe a eu lieu après le début des témoignages des prisonniers sur leurs crimes de guerre.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала