"J'aimerais être celui qui ira en Algérie": le Premier ministre espagnol ouvre la porte

Madrid - Sputnik Afrique, 1920, 31.08.2022
S'abonnerTelegram
Le Premier ministre espagnol s’est déclaré ouvert à un déplacement en Algérie, alors que les deux pays sont en froid depuis plusieurs mois. Les signes de rapprochement se sont multipliés ces derniers mois.
La brouille diplomatique entre Alger et Madrid touche-t-elle à sa fin? Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, a en tout cas mis de l’eau dans son vin, en déclarant qu’un déplacement en Algérie ne lui déplairait pas.
Après une réunion avec le chancelier allemand Olaf Scholz, le dirigeant espagnol a ainsi été interrogé sur le récent voyage d’Emmanuel Macron en Algérie. Il a saisi la balle au bond, assurant qu’il "aimerait être celui qui ira en Algérie".
L’appel du pied a d’ailleurs été lancé après une discussion entre l’Allemagne et l’Espagne sur la question de l’énergie. Peut-être pas un hasard, puisque les approvisionnements en gaz algérien ont été au centre des dernières visites de dirigeants européens au pays des fennecs, que ce soit pour le français Emmanuel Macron ou l’italien Mario Draghi.

Indices de réchauffement

Les tensions diplomatiques entre Madrid et Alger avaient débuté après le revirement espagnol sur la question du Sahara occidental. En mars dernier, l’Espagne avait notamment soutenu le plan d’autonomie marocain pour la région, poussant l’Algérie à couper certains ponts.
Mais le dialogue semblait avoir repris depuis quelque temps, avec notamment la levée de certaines restrictions sur les transactions bancaires. Les livraisons de gaz, un temps interrompues, avaient également repris fin juillet.
Le Sahara occidental, ancienne colonie espagnole, cristallise les tensions au Maghreb depuis plusieurs décennies. Le Front Polisario y conteste les revendications marocaines et a créé la République arabe saharienne démocratique (RASD) en 1976. Le mouvement réclame désormais un référendum d’autodétermination, alors que le Maroc penche pour une autonomie sous sa souveraineté. Alger soutient traditionnellement les indépendantistes.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала