- Sputnik Afrique, 1920
Donbass. Opération russe
La Russie a lancé le 24 février 2022 une opération militaire en Ukraine pour protéger les habitants du Donbass subissant le blocage et les attaques de Kiev depuis 2014.

Centrale de Zaporojié: malgré les tirs ukrainiens, l'approvisionnement en électricité se poursuit

© Sputnik . Constantin MikhalchevskyCentrale de Zaporojié
Centrale de Zaporojié - Sputnik Afrique, 1920, 27.08.2022
S'abonnerTelegram
L'artillerie ukrainienne ne cesse de cibler la plus grande centrale nucléaire d'Europe, celle de Zaporojié, et a tiré sur celle-ci 17 obus en 24 heures, selon la Défense russe. L'approvisionnement en électricité des régions voisines est cependant rétabli depuis la veille.
Après les bombardements ukrainiens réalisés la veille sur la centrale de Zaporojié, Kiev n'a pas arrêté de tirer sur ce site nucléaire, a annoncé ce samedi la Défense russe.
En 24 heures, l'artillerie ukrainienne a ciblé la centrale à trois reprises, selon le ministère. Elle a tiré 17 obus dont quatre ont touché le toit d'un bâtiment qui abrite 168 assemblages combustibles de la société américaine WestingHouse. Dix autres projectiles ont éclaté à 30 mètres d'un dépôt sec de combustible usé et trois encore près d'un bâtiment où est stocké un "combustible frais" de la société TVEL et un dépôt de déchets radioactifs solides.

L'approvisionnement rétabli

À l'heure actuelle, deux réacteurs de la centrale fonctionnent, l'électricité est fournie tant à la rive gauche qu'à la rive droite du Dniepr (principal fleuve de l'Ukraine), a fait savoir ce samedi Vladimir Rogov, membre de l'administration russe de la région de Zaporojié. Quatre autres réacteurs sont en maintenance, selon lui.
Jeudi, une frappe ukrainienne sur la ville d'Energodar, où se trouve la centrale nucléaire, a eu pour conséquence des coupures d'électricité dans plusieurs localités de la région de Zaporojié. L’approvisionnement en électricité dans la région de Kherson, également rompu, a déjà été rétabli.
Depuis mars, la centrale, située sur la rive gauche du Dniepr, est contrôlée par les troupes russes mais Kiev continue de la cibler régulièrement, remettant ainsi en cause la sécurité nucléaire de l'Europe. Une visite d'experts de l'AIEA est attendue dans la zone dans un proche avenir.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала