"Être fermes avec la minorité d’emmerdeurs": Darmanin veut agir contre l’immigration irrégulière

© AP Photo / Michel EulerGérald Darmanin
Gérald Darmanin - Sputnik Afrique, 1920, 21.08.2022
S'abonnerTelegram
Alors que le problème de l’immigration irrégulière et de la délinquance se pose devant le gouvernement français, le ministre de l’Intérieur veut donner un tour de vis à la lutte contre l’immigration et "être fermes avec la minorité d’emmerdeurs" en encourageant ceux en situation régulière.
Face à l’immigration en France, surtout clandestine, Gérald Darmanin fait part de sa détermination à s’y opposer et à agir également contre la délinquance.
Alors que le ministre de l’Intérieur est en déplacement sur l’île de Mayotte, touchée fortement par ce problème, dans son interview pour le Journal du Dimanche, il affirme vouloir réduire "drastiquement l’immigration irrégulière", surtout en améliorant "les conditions d’intégration des étrangers en situation régulière".
"Nous devons à l'immense majorité des étrangers qui aiment notre pays et veulent y construire leur avenir et celui de leurs enfants, d'être fermes avec la minorité d'emmerdeurs", lance M.Darmanin, optant pour le vocabulaire déjà employé par Emmanuel Macron concernant les "antivax" ("emmerder" les antivax).

Mesures envisagées

La question de l’immigration se pose avec acuité alors que, selon un constat de l’Observatoire de l’immigration et de la démographie, la France n’a jamais connu, sur la période récente, un aussi haut niveau d’immigration que sous la présidence de Macron. Depuis 2017, 255.675 titres de séjour ont été accordés, ce qui représente un record depuis 2007, selon les chiffres de l’Intérieur.
En automne, un grand débat sur ce sujet est attendu au Parlement. En outre, "200 brigades de gendarmerie vont être créées en six ans, parce que la délinquance augmente dans la ruralité", tout comme "11 unités de forces mobiles" dans les grandes villes, selon Gérald Darmanin.
Quant à l’île de Mayotte, la lutte contre "les reconnaissances frauduleuses de paternité" est envisagée, et de nouveaux moyens aériens et maritimes de lutte contre l’immigration devront être présentés.
Le ministre de l'Intérieur a également affirmé son intention de durcir le droit du sol sur l'île: "Il n’y aura plus le même droit du sol à Mayotte qu’il y a sur le reste du territoire français", a-t-il précisé, disant qu'il s'agit d'un "changement profond et historique" Dans le cas de l'entrée en vigueur d’une telle loi, "l’un des deux parents devra être régulièrement depuis plus d’un an sur le territoire afin que leur enfant soit reconnu comme français".
Selon l’Insee, entre 1985 et 2017, cette île entre l’Afrique de l’Est et Madagascar a vu sa population quadrupler face à un afflux massif de migrants.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала